Tout ce qui brille n’est pas une médaille d’or : Lumière sur la santé mentale des athlètes

Tout ce qui brille n’est pas une médaille d’or : Lumière sur la santé mentale des athlètes

Avec ESSEC Knowledge Editor-in-chief

La santé mentale des athlètes a été sous le feu des projecteurs récemment. Tout d’abord, Naomi Osaka s’est retirée du tournoi de Roland-Garros après avoir reçu une amende pour avoir manqué une conférence de presse afin de protéger sa santé mentale. Ensuite, la très décorée gymnaste américaine Simone Biles s’est temporairement retirée des Jeux olympiques parce qu’elle avait du mal à supporter le stress et la pression. À mesure que des athlètes de premier plan s’expriment sur leurs problèmes de stress, d’anxiété, de dépression et même d’épuisement, la sensibilisation du public à l’importance de la santé mentale dans le sport professionnel est peut-être plus forte que jamais.

Nous pensons que les athlètes sont exceptionnellement résilients et résistants. Nous les voyons se relever après une chute ou concourir alors qu’ils sont blessés, et exceller sous une pression et un regard scrutateur exceptionnels. Pourtant, les recherches montrent que les athlètes professionnels sont tout aussi susceptibles que les non-athlètes de connaître des problèmes de santé mentale (Rice et al., 2016 ; Gorczynski et al., 2017). Une étude a analysé les données de 22 études différentes et a constaté qu’environ 34 % des athlètes d’élite ont signalé des symptômes d’anxiété ou de dépression, les symptômes de santé mentale les plus courants (Gouttebarge et coll., 2019).

Être un athlète professionnel est souvent considéré comme un emploi de rêve. Après tout, vous êtes payé pour faire quelque chose que vous aimez. En outre, le sport est bénéfique pour la santé mentale. Les recherches, y compris les miennes (Kelly et coll., 2020), montrent généralement un lien positif entre le sport et les indicateurs de santé mentale. L’exercice peut même être efficace pour atténuer les symptômes de l’anxiété et de la dépression. Mais ces études ont été menées auprès d’athlètes amateurs plutôt que professionnels, et ces derniers sont confrontés à des exigences et des conditions de travail difficiles qui sont souvent loin d’être un scénario de rêve.

Un métier pas comme les autres ?

Les recherches montrent que le sport de haut niveau est plus exigeant physiquement que dans les emplois de services à la personne ou la technologie (Balk et coll., 2020), ce qui n’est pas surprenant. Le sport d’élite n’est pas seulement plus exigeant physiquement : il est également très exigeant sur le plan cognitif. Les athlètes professionnels déploient un énorme effort cognitif lorsqu’ils tentent d’améliorer leurs performances (Ericsson et coll., 1993). Ils doivent faire preuve de concentration et de précision, se souvenir de plusieurs choses simultanément et prendre des décisions complexes (Balk et coll., 2018). Il est important de noter que les athlètes sont également confrontés à des exigences émotionnelles importantes : ils doivent gérer les émotions découlant d’attentes irréalistes, de la déception liée à leurs performances, de retours négatifs et de critiques (Balk et coll., 2020). En plus de réguler leurs propres émotions, les athlètes sont également confrontés aux émotions difficiles des autres, comme les spectateurs, les membres de l’équipe ou les entraîneurs en colère. Dans l’ère connectée d’aujourd’hui, ils sont également confrontés aux critiques des réseaux sociaux, tant positives que négatives, qu’il est immensément difficile d’éviter. Le simple fait d’être témoin des interactions désagréables d’autres personnes peut nécessiter de réguler ses émotions et finir par épuiser (Totterdell et coll., 2012). Le fait de devoir supprimer ses émotions peut à son tour nuire aux performances sportives (Wagstaff, 2014).

Les athlètes ne fonctionnent pas seuls, mais au sein d’organisations sportives. Ils connaissent bon nombre des difficultés interpersonnelles que nous pouvons rencontrer sur le lieu de travail, comme les conflits au sein de l’équipe ou une relation difficile avec un supérieur. En fait, les athlètes considèrent souvent que l’organisation est plus stressante que l’entraînement ou la compétition. (Arnold et coll., 2016). Les questions liées au leadership et au personnel, à la culture et à l’ambiance entre l’équipe, ainsi qu’à la logistique et aux finances sont omniprésentes (Arnold et Fletcher, 2012).

Alors que les athlètes de haut niveau bénéficiant de contrats de sponsoring lucratifs et les joueurs de haut niveau dans les ligues professionnelles ne s’inquiètent pas de leurs finances, de nombreux athlètes sont confrontés à des financements précaires et peuvent avoir des emplois à temps partiel pour subvenir à leurs besoins. Même aux États-Unis, le pays en tête du tableau des médailles pour Tokyo 2020, où l’écosystème sportif est très développé, la majorité des athlètes ne gagnent pas d’argent : selon Forbes, environ 60 % des athlètes américains ayant participé aux compétitions de Tokyo gagnent moins de 25 000 dollars par an.

Naturellement, les conditions varient d’un sport à l’autre, et pour les athlètes pratiquant des sports d’équipe, la logistique des déplacements, des entraînements et des compétitions peut être plus complexe et plus lourde que pour les sports individuels (Arnold et coll., 2016). La logistique hors de leur contrôle est un problème même pour les athlètes très débrouillards comme les joueurs de football professionnels. Un rapport de la FIFPRO souligne que de nombreux joueurs d’élite ne disposent pas de suffisamment de temps pour récupérer entre les matchs. Par exemple, les joueurs d’élite non européens (dont les équipes nationales sont basées sur un continent différent du club pour lequel ils jouent) traversent des fuseaux horaires pour participer à des compétitions. Dans une enquête de la FIFPRO de 2018, 60 % des joueurs ont signalé un impact négatif des vols sur leur récupération.

En outre, les athlètes sont de plus en plus conscients de la nécessité de développer et de promouvoir leur marque personnelle. Les réseaux sociaux sont un outil puissant qui permet aux athlètes de développer leurs relations avec leurs fans et leurs sponsors, mais ils posent également de nouveaux défis. Le fait d’être connecté en permanence aux fans et aux sponsors sur les réseaux sociaux empêche les athlètes de se déconnecter mentalement de leur « travail ». Cela peut les empêcher de récupérer psychologiquement des exigences auxquelles ils sont confrontés, ce qui augmente les risques de stress et l’impact sur leur santé mentale (Sonnentag et Fritz, 2015). Les réseaux sociaux peuvent également exposer les athlètes à des abus en ligne. Cela est particulièrement vrai pour les athlètes noirs ou les femmes, par exemple. Les abus racistes sur les réseaux sociaux auxquels ont été confrontés les joueurs noirs d’Angleterre après la défaite de l’équipe à l’UEFA EURO 2020 en ont fourni un exemple récent et glaçant. Une enquête de BBC Sport a révélé qu’un tiers des femmes athlètes d’élite britanniques sont victimes d’abus sur les médias sociaux, notamment de commentaires sur leur apparence. Alors qu’il y a trente ans, les athlètes pouvaient se soustraire au regard du public avec une relative facilité, cela est plus difficile pour les athlètes d’aujourd’hui.

Les ressources peuvent amortir les demandes

Comme dans d’autres professions, les ressources peuvent protéger les athlètes de l’impact des exigences auxquelles ils sont confrontés sur leur santé mentale (Balk et coll., 2018). Deux types de ressources sont particulièrement importantes. Premièrement, un sentiment d’autonomie et de contrôle peut protéger la santé mentale d’un athlète. Cela peut signifier avoir le contrôle sur les exigences physiques imposées à leur corps, comme pouvoir prendre des pauses ou forcer lors d’une séance d’entraînement, ou participer aux décisions d’entraînement. Le contrôle sur les décisions importantes de leur vie affecte directement la santé mentale des athlètes et peut les protéger de l’impact des exigences.

Le soutien émotionnel protège également la santé mentale des athlètes. Par exemple, dans une étude portant sur 130 joueurs de tennis britanniques de haut niveau, les chercheurs ont constaté que le fait d’avoir quelqu’un qui les écoute et à qui ils peuvent se confier librement atténue l’effet négatif de la pression de la compétition (Rees et Hardy, 2004).

Quand les exigences dépassent les ressources : L’épuisement des athlètes

Comme dans tous les emplois, lorsque les exigences auxquelles les athlètes sont confrontés dépassent les ressources dont ils disposent pour faire face à ces exigences (Smith, 1986), d’autres problèmes de santé mentale se développent, pouvant aboutir à un épuisement. On sait peu de choses sur le nombre d’athlètes qui peuvent souffrir de dépression résultant des niveaux de stress élevés et chroniques auxquels ils sont confrontés, certains estimant qu’entre 1 et 9 % des athlètes connaissent un certain niveau d’épuisement (Gustafsson et al., 2007).

Tout comme pour d’autres professions, la dépression des athlètes est avant tout un profond sentiment d’épuisement émotionnel et physique (Gustafsson et coll., 2017). Lorsque le cycliste néerlandais Tom Dumoulin s’est retiré de la Vuelta a Espana en 2020, il a décrit se sentir vide et ne pas avoir d’énergie, un sentiment de fatigue persistant qui ne disparaissait pas. Au-delà de ce sentiment d’épuisement, les athlètes en situation de burnout remettent également en question leurs propres capacités et réalisations et développent un sentiment de cynisme à l’égard de leur sport. S’adressant à la BBC en 2018, la médaillée d’or britannique de cyclisme Elinor Barker a déclaré : « J’étais épuisée et je n’avais pas vraiment envie de faire du vélo ; en huit ans que je faisais du vélo, c’était la première fois [...] et c’était un sentiment tellement étranger. » Les deux athlètes se sont rétablies et sont reparties de Tokyo avec des médailles. Pourtant, certains athlètes en proie au burnout se retirent complètement du sport (Gustafsson et coll., 2018), ce qui entraîne une perte de talents pour le sport.

Facteurs de risque - Pourquoi certains luttent-ils plus que d’autres ?

Un certain nombre de facteurs font que les athlètes risquent d’avoir des problèmes de santé mentale. Tout d’abord, il y a des périodes dans la carrière d’un athlète où sa santé mentale est particulièrement à risque, comme les périodes de blessure, les baisses de performance ou la retraite sportive. Certains traits de personnalité peuvent également prédisposer les athlètes à des problèmes de santé mentale. Les athlètes sont particulièrement à risque s’ils ont tendance à s’inquiéter de faire des erreurs et d’être jugés par les autres, et à se sentir extrêmement stressés, frustrés ou en colère s’ils ne répondent pas à leurs propres attentes élevées (Hill et Curran, 2016).

Se définir exclusivement en fonction de son identité d’athlète est un autre facteur de risque. Le fait de ne pas avoir une idée claire de qui ils sont en dehors du sport expose les athlètes à des problèmes de santé mentale tels que l’épuisement (Coakley, 1992). À l’ESSEC Sports Chair, nous développons un outil qui aide les athlètes à se considérer comme une personne à part entière lorsqu’ils naviguent dans leur carrière et se préparent pour l’avenir, dans le but de protéger la santé mentale des athlètes, en particulier face aux revers et aux transitions.

Obstacles à la recherche d’aide

À la lumière de la sensibilisation croissante aux problèmes de santé mentale des athlètes, les organes de gouvernance du sport montrent leur engagement à protéger la santé mentale des athlètes. Le Comité international olympique a publié des conseils pour aider les parties prenantes de l’écosystème sportif à protéger et à promouvoir la santé mentale des athlètes, et la déclaration des droits et responsabilités des athlètes du CIO préconise explicitement la protection de la santé physique et mentale. Pourtant, malgré ces efforts, la recherche suggère que les athlètes sont moins susceptibles d’admettre ou de chercher de l’aide pour des symptômes liés à la santé mentale que le reste de la population (Kaier et coll., 2015). Les athlètes sont célébrés pour leur résistance mentale, leur capacité à réaliser de bonnes performances de manière constante, même dans l’adversité (Gucciardi et coll., 2015). On apprend aux jeunes athlètes à faire face à la douleur et aux blessures mineures en les « secouant » et en les « mettant à l’épreuve » (Malcom, 2006). Lorsque, par exemple, concourir alors que l’on est blessé est considéré comme un signe de courage et de bravoure, le fait que les athlètes nient leur humanité devient quelque chose à célébrer. Lorsque la ténacité est louée, demander de l’aide peut être considéré comme un signe de faiblesse. Cette célébration de la dureté peut, par inadvertance, contribuer à la stigmatisation des athlètes qui cherchent de l’aide pour des problèmes de santé mentale (Poucher et coll., 2021). Cette façon de « passer en force » peut être dangereuse non seulement pour la santé mentale, mais aussi pour la santé physique : Simone Biles a déclaré avoir fait l’expérience du « twisties » pendant les Jeux olympiques, où les gymnastes perdent la conscience spatiale, ce qui peut entraîner des blessures graves si l’on ne s’en occupe pas. La stigmatisation associée aux problèmes de santé mentale peut empêcher les athlètes de chercher de l’aide à un stade précoce, alors qu’il est plus facile de remédier aux problèmes, et cela signifie également que les études peuvent sous-estimer le nombre d’athlètes concernés.

 Comment les athlètes de renom peuvent contribuer à déstigmatiser les problèmes de santé mentale - à un certain prix

Les coûts économiques des problèmes de santé mentale dépassent ceux de toutes les autres catégories de maladies non transmissibles, notamment les maladies cardiovasculaires et le cancer (Bloom et al., 2011). La pandémie de COVID-19 n’a fait qu’exacerber ce problème : on estime que 28,0 % de la population mondiale a présenté des symptômes de dépression et que 26,9 % a souffert d’anxiété (Nochaiwong et coll., 2021). Si certaines recherches montrent que la stigmatisation des problèmes de santé mentale et le fait de recevoir une aide psychologique ont diminué au cours des dernières décennies (Angermeyer et al., 2014), cela varie énormément entre les différentes cultures et communautés (Zhou et al., 2019). La déstigmatisation des problèmes de santé mentale est une préoccupation mondiale, et les athlètes qui en parlent ouvertement peuvent jouer un rôle important dans la réduction de la stigmatisation. Des initiatives telles que la campagne State of Mind de la Ligue nationale de rugby australienne collabore avec des athlètes de haut niveau pour sensibiliser le public aux problèmes de santé mentale et réduire la stigmatisation. Ces campagnes ont potentiellement un rôle particulièrement crucial à jouer en s’adressant aux hommes, qui sont beaucoup moins susceptibles que les femmes de chercher de l’aide pour ces problèmes (Addis et Mahalik, 2003).

Les athlètes populaires qui s’expriment sur leurs problèmes de santé mentale utilisent leur plateforme pour en faire profiter d’autres personnes et pour changer la perception publique des problèmes de santé mentale. Pourtant, être dans cette position signifie également que les athlètes qui sont déjà dans une situation vulnérable doivent maintenant faire face au fardeau supplémentaire d’être un porte-parole, pas nécessairement par choix. Dans un article publié dans le Time Magazine en juillet 2021, Naomi Osaka a expliqué qu’elle se sentait sous une pression trop énorme pour s’ouvrir à ses symptômes de santé mentale.

Si le soutien du public a été important, les athlètes qui s’expriment sont également confrontés à des commentaires négatifs. Le nageur britannique Adam Peaty, qui a remporté le 100 m brasse à Tokyo, a annoncé qu’il faisait une pause pour protéger sa santé mentale. Il a ensuite déclaré sur les réseaux sociaux que les commentaires qu’il avait reçus en réponse à cette annonce expliquaient « pourquoi le bien-être mental dans le sport est si stigmatisé ».

Au cours des dernières années, et plus particulièrement cet été, nous avons assisté à une prise de conscience croissante des problèmes de santé mentale auxquels les athlètes sont confrontés, notamment grâce à la volonté d’athlètes de premier plan de s’ouvrir. Les organismes sportifs commencent à réagir en mettant en place des mesures de protection de la santé mentale, mais l’absence de mesures généralisées et l’intense réaction des réseaux sociaux face aux athlètes qui ont révélé leurs difficultés montrent qu’il y a encore du travail. Les problèmes de santé mentale nous touchent tous, et les athlètes ne sont pas épargnés : à l’avenir, l’amélioration du soutien et des ressources pour les athlètes d’élite doit être une composante essentielle de leurs conditions de travail.

Vous souhaitez en savoir plus sur la santé mentale des athlètes ? Rejoignez la Chaire Sport de l'ESSEC pour une discussion avec des experts le 14 octobre à 8h15 (heure de Paris). Inscrivez-vous ici.

Références

Addis ME and Mahalik JR. (2003) Men, masculinity, and the contexts of help seeking. American Psychologist, 58: 5-14.

Angermeyer MC, Matschinger H, Carta MG, et coll. (2014) Changes in the perception of mental illness stigma in Germany over the last two decades. European Psychiatry 29: 390-395.

Arnold R and Fletcher D. (2012) A research synthesis and taxonomic classification of the organizational stressors encountered by sport performers. Journal of Sport and Exercise Psychology 34: 397-429.

Arnold R, Fletcher D and Daniels K. (2016) Demographic differences in sport performers’ experiences of organizational stressors. Scandinavian Journal of Medicine & Science in Sports 26: 348-358.

Balk YA, De Jonge J, Oerlemans WGM, et al. (2020) « What a match! »: The specific role of resources in the relation between demands and vigour in elite sport. Applied Psychology 69: 120-147.

Balk YA, De Jonge J, Oerlemans WGM, et al. (2018) Balancing demands and resources in sport: Adaptation and validation of the demand-induced strain compensation questionnaire for use in sport. Journal of Sports Science & Medicine 17: 237-244.

Bloom DE, Cafiero ET, Jané-Llopis E, et al. (2011) The global economic burden of noncommunicable diseases, Geneva: World Economic Forum.

Coakley J. (1992) Burnout among adolescent athletes: A personal failure or social problem? Sociology of Sport Journal 9: 271-285.

Ericsson KA, Krampe RT and Tesch-Römer C. (1993) The role of deliberate practice in the acquisition of expert performance. US: American Psychological Association, 363-406.

Gorczynski PF, Coyle M and Gibson K. (2017) Depressive symptoms in high-performance athletes and non-athletes: A comparative meta-analysis. British Journal of Sports Medicine 51: 1348.

Gouttebarge V, Castaldelli-Maia JM, Gorczynski P, et al. (2019) Occurrence of mental health symptoms and disorders in current and former elite athletes: a systematic review and meta-analysis. British Journal of Sports Medicine 53: 700.

Gucciardi DF, Hanton S, Gordon S, et al. (2015) The concept of mental toughness: Tests of dimensionality, nomological network, and traitness. Journal of Personality 83: 26-44.

Gustafsson H, DeFreese JD and Madigan DJ. (2017) Athlete burnout: Review and recommendations. Current Opinion in Psychology 16: 109-113.

Gustafsson H, Kentt Gr, Hassm?n P, et al. (2007) Prevalence of burnout in competitive adolescent athletes. The Sport Psychologist 21: 21-37.

Gustafsson H, Madigan D and Lundkvist E. (2018) Burnout in athletes. In: Fuchs R and Gerber M (eds) Handbuch Stressregulation und Sport. Berlin, Heidelberg: Springer, 489-504.

Hill AP and Curran T. (2016) Multidimensional perfectionism and burnout: A meta-analysis. Personality and Social Psychology Review 20: 269-288.

Kaier E, Cromer LD, Johnson MD, et al. (2015) Perceptions of mental illness stigma: Comparisons of athletes to nonathlete peers. Journal of College Student Development 56: 735-739.

Kelly CM, Strauss K, Arnold J, et al. (2020) The relationship between leisure activities and psychological resources that support a sustainable career: The role of leisure seriousness and work-leisure similarity. Journal Of Vocational Behavior 117: 103340.

Malcom NL. (2006) “Shaking it off” and “toughing it out”: Socialization to pain and injury in girls’ softball. Journal of Contemporary Ethnography 35: 495-525.

Nochaiwong S, Ruengorn C, Thavorn K, et coll. (2021) Global prevalence of mental health issues among the general population during the coronavirus disease-2019 pandemic: a systematic review and meta-analysis. Scientific Reports 11: 10173.

Poucher ZA, Tamminen KA, Kerr G, et al. (2021) A commentary on mental health research in elite sport. Journal of Applied Sport Psychology 33: 60-82.

Rees T and Hardy L. (2004) Matching social support with stressors: Effects on factors underlying performance in tennis. Psychology of Sport and Exercise 5: 319-337.

Rice SM, Purcell R, De Silva S, et coll. (2016) The mental health of elite athletes: A narrative systematic review. Sports Med 46: 1333-1353.

Smith RE. (1986) Toward a cognitive-affective model of athletic burnout. Journal of Sport and Exercise Psychology 8: 36-50.

Sonnentag S and Fritz C. (2015) Recovery from job stress: The stressor-detachment model as an integrative framework. Journal Of Organizational Behavior 36: S72-S103.

Totterdell P, Hershcovis MS, Niven K, et al. (2012) Can employees be emotionally drained by witnessing unpleasant interactions between coworkers? A diary study of induced emotion regulation. Work & Stress 26: 112-129.

Wagstaff CRD. (2014) Emotion regulation and sport performance. Journal of Sport and Exercise Psychology, 36: 401-412.

Zhou Y, Lemmer G, Xu J, et coll. (2019) Cross-cultural measurement invariance of scales assessing stigma and attitude to seeking professional psychological help. Frontiers in Psychology, 10.

Les tweets d'Essec Knowledge

blog comments powered by Disqus

Suivez nous sur les réseaux