L’investissement responsable : Façonner l’avenir de la finance

L’investissement responsable : Façonner l’avenir de la finance

Avec Sofia Ramos

« Faire le bien et le faire bien » est le nouveau mantra de la finance. Après des années et des années d’accumulation de pratiques d’investissement risquées et sans valeur ajoutée, de prise de risques excessifs et de charge pour les contribuables, le secteur de la finance semble revenir aux fondamentaux, à savoir l’allocation efficace du capital pour promouvoir le développement durable de l’économie.

Un changement de paradigme dans la société

Le développement durable modifie la finance tout comme il modifie la consommation. Les habitudes de consommation des milléniaux révèlent qu’ils sont de plus en plus responsables, qu’il s’agisse d’acheter des baskets recyclées ou de réaliser des investissements financiers. Des études comme la Global Investor Study 2020 de Schroders (septembre 2020) montrent qu’une grande majorité d’investisseurs ne sont pas prêts à faire des compromis sur leurs convictions personnelles lorsqu’ils font travailler leur argent, même si les rendements étaient plus élevés. 

L’année 2020 a été une année record pour les fonds qui utilisent des critères non financiers tels que les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) pour générer un rendement financier et un impact sociétal plus large. L’année 2020 a également été une année où les investisseurs financiers ont montré un grand intérêt pour les obligations sociales et vertes et où davantage de gouvernements et d’entreprises se sont engagés dans des investissements ayant un impact environnemental et social. En mars 2021, l’Italie a levé un montant record de 8,5 milliards d’euros grâce aux obligations vertes. L’obligation a été sursouscrite 10 fois. Au cours du second semestre de 2020, 178 milliards de dollars (149 milliards d’euros) d’obligations vertes ont été ajoutés, soit près du double du premier semestre. Les obligations vertes ont été émises dans 24 devises, et près de la moitié étaient libellées en euros, selon les données de Climate Bond Initiative. La pandémie,  l’urgence du changement climatique et le mouvement pour la justice raciale ont été et continueront probablement à être des catalyseurs pour les investisseurs désireux de rechercher des investissements ayant un impact environnemental et social.

Le Green Deal européen est un autre moteur de la transformation, car il vise à rendre l’économie de l’UE durable. L’investissement nécessaire à la transition pour rendre l’UE climatiquement neutre d’ici 2050 est estimé entre 175 et 290 millions d’euros, en plus des investissements annuels des prochaines décennies. Les régulateurs veulent s’assurer que les investissements publics et privés sont consacrés à cet objectif. C’est pourquoi la Commission européenne a publié une série de mesures visant à faire prendre en compte la durabilité dans les décisions financières.

Imperfections du marché à résoudre et critères ESG

Les marchés sont d’excellents outils pour allouer les biens et titres financiers dans un portefeuille d'investissements, mais ils présentent des imperfections qui conduisent à de mauvaises décisions. Les marchés n’intègrent pas correctement le coût des externalités négatives, comme l’altération des biens communs, la pollution de l’air, de l’eau et des sols, l’épuisement des ressources naturelles, etc. Par ailleurs, en 2005, focalisée sur les émissions de CO2 qui représentent 75 % des gaz à effet de serre, l’UE a mis en place le système communautaire d’échange de quotas d’émission (SEQE de l’UE), surnommé le « marché du carbone », afin de parvenir à la neutralité carbone d’ici 2050. Le SEQE de l’UE est le premier système international d’échange de quotas d’émission lancé dans le monde, même s’il s’avère loin d’être parfait. L’UE révise sa politique de lutte contre le changement climatique en complétant le SEQE de l’UE par le lancement, dans les prochains mois, d’un mécanisme d’ajustement aux frontières du carbone (MACF).

 Combattre le greenwashing

Alors que l’investissement durable devient de plus en plus courant, l’attrait du greenwashing augmente. Malheureusement, une simple déclaration dans des rapports ou sur des sites web indiquant que vous ou vos parties prenantes vous souciez de l’environnement ne représente pas un véritable engagement. Les investisseurs et les parties prenantes demandent une clarification de ce qui est durable. Le problème est aggravé par l’absence de définitions claires et acceptées de l’investissement durable.

Ainsi, en plus de donner une orientation forte sur le financement de l’économie, la réglementation encourage la divulgation, la transparence et la certification des produits durables. Les entreprises financières et non financières ont été encouragées à divulguer des informations non financières. Mais comme il y avait encore trop d’ambiguïté sur ce qu’est un investissement durable, la taxonomie européenne a fait un pas de plus et fournit une classification de ce qui constitue une activité durable, devenant ainsi un guide solide pour les décisions des investisseurs.

L’investissement durable est-il rentable ?

La question la plus importante est de savoir si l’investissement durable est rentable. Peut-on faire du bien en faisant du bien ? Comme dans d’autres domaines, la réponse n’est pas un oui ou un non sans équivoque. Il existe des investissements durables rentables et non rentables. Comme tout autre investissement, les investissements durables comportent des risques. Il existe néanmoins un consensus sur le fait que la reconnaissance et l’intégration des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance peuvent améliorer les rendements et réduire les risques, non seulement en raison de la matérialité croissante des risques non financiers, mais aussi parce qu’ils peuvent offrir des rendements intéressants. L’économie verte est en marche, et de nouvelles opportunités d’investissement apparaissent.

 L’objectif : Façonner la finance

En recentrant l’attention de la finance sur les fondamentaux, l’allocation efficace du capital est primordiale. Cette fois, l’accent doit être mis sur la création de valeur pour toutes les parties prenantes et pas seulement pour les actionnaires. La nouvelle approche de la finance prend en compte l’impact de l’investissement sur la société, en particulier la création de valeur pour toutes les parties prenantes afin de créer une économie résiliente et inclusive. L’efficacité et la résilience du système financier sont une source d’externalités positives pour la société.

La Chaire ESSEC « Shaping the future of finance » (façonner l’avenir de la finance)

La chaire « Shaping the future of finance », récemment lancée, vise à attirer des étudiants talentueux et à les former en tant que futurs leaders responsables pour gérer les défis liés aux revenus. Les partenaires de la chaire sont des institutions financières qui s’engagent fortement et font preuve d’un leadership fort en matière de finance durable. Ils ne considèrent pas l’investissement durable comme une tendance, mais plutôt comme une partie intrinsèque de leur mode de fonctionnement. Le premier partenaire est AXA IM Alts, un leader mondial de la gestion d’actifs.

La Chaire a pour objectif de fonctionner comme un groupe de réflexion pour sensibiliser à l’importance de la durabilité dans la finance, pour identifier les meilleures pratiques dans l’industrie financière afin de diffuser des changements positifs et pour promouvoir une vision à long terme de la création de valeur.

Les tweets d'Essec Knowledge

blog comments powered by Disqus

Suivez nous sur les réseaux