Scénarios de sortie de la guerre en Ukraine

Scénarios de sortie de la guerre en Ukraine

L’invasion russe de l’Ukraine a déjà eu des conséquences humanitaires, militaires, diplomatiques et économiques dévastatrices, qui ne feront que s’amplifier avec la poursuite du conflit. Même si la fin de la guerre est difficile à prévoir, certains scénarios de sortie peuvent être dessinés. Cedomir Nestorovic, professeur de géopolitique à l’ESSEC Business School, énumère et explique ces scénarios de sortie, du moins probable au plus probable.

1. Aucune négociation, et la guerre se poursuit à un rythme soutenu.

D’un côté, les forces russes se préparent à une stratégie de siège et encerclent de plus en plus de villes comme Odesa ou Lviv. De l’autre côté, le président Zelensky refuse toute concession, et la guerre se poursuit avec des pertes humaines, une dépression économique, plus de six millions de réfugiés attendus, et l’isolement diplomatique de la Russie, tandis que l’Ukraine ne reçoit pas une aide suffisante, militaire ou autre, des pays occidentaux. C’est le scénario le plus dramatique et le plus improbable, car aucune des deux parties n’y a intérêt. La Russie ne peut pas continuer à bombarder des villes sans arrêt et Zelensky ne peut pas refuser éternellement des concessions.

2. Pas de négociation avec Zelensky, mais des négociations locales possibles

Le gouvernement central de Kyiv souhaiterait que la résistance à l’invasion russe se poursuive et s’amplifie, mais il ne peut pas envoyer de troupes, d’armes et de nourriture aux forces sur le terrain. La résistance s'affaiblit sous l’assaut de la machine de guerre russe et les dirigeants locaux commencèrent à négocier des couloirs humanitaires pour l’évacuation des civils et la fourniture de nourriture et d’énergie. La Russie sera plus que disposée à satisfaire ces demandes qui affaiblissent le gouvernement central. Ce scénario est peu probable, car Kyiv désavoue les forces locales si elles tentent de négocier avec Moscou.

3. Gouvernement en exil pour Zelensky, nouveau gouvernement installé par Moscou

Si la sécurité de Zelensky n’est plus garantie parce que des groupes prétendument parrainés par Moscou continuent de le traquer à Kyiv, les appels se multiplieront pour qu’il quitte le pays et établisse un gouvernement en exil en Pologne, en Lituanie ou en Roumanie. Moscou comblerait immédiatement le vide et établirait un gouvernement qui accepterait les conditions imposées par Moscou et la guerre serait terminée. Une longue période s'ouvre où les deux gouvernements se disputent le siège à l’ONU, les représentations diplomatiques dans le monde et les réserves de la Banque centrale d’Ukraine. Ce scénario repose sur la décision de Zelensky de quitter ou non le pays. Pour l’instant, il rejette cette option et s’est engagé à rester à Kyiv.     

4. Zelensky négocie avec Moscou et accepte les conditions sous la contrainte.

Zelensky découvre que les pays occidentaux ne l’aideront pas. Les forces russes veulent négocier, car il sera impossible pour Moscou de poursuivre un siège sur un si grand pays avec une si grande population. Les deux parties ont intérêt à négocier et Zelensky déclare la neutralité de l’Ukraine (pas de candidature à l’OTAN) et accepte l’autonomie ou l’indépendance de la Crimée et du Donbass. En signant un accord avec Moscou, les deux pays demanderont aux pays occidentaux d’arrêter les sanctions contre la Russie. Zelensky restera président, mais devra organiser rapidement des élections. C’est le scénario le plus probable, car l’Ukraine ne recevra pas d’aide de l’extérieur (notamment des troupes et un engagement militaire direct) et ne pourra pas se défendre seule. De l’autre côté, Poutine veut mettre fin à la guerre rapidement parce que la guerre peut se transformer en un autre Afghanistan pour la Russie. Cela serait dévastateur pour la Russie et pour Poutine lui-même.

Les tweets d'Essec Knowledge

blog comments powered by Disqus

Suivez nous sur les réseaux