Le rôle des écoles de management face aux défis sociétaux

Le rôle des écoles de management face aux défis sociétaux

Avec Laurent Bibard et ESSEC Knowledge Editor-in-chief

Notre société fait face à des défis inédits, et l’amélioration de la société nécessite la contribution de nous tous : des entreprises privées, des pouvoirs publics et des particuliers. La pandémie mondiale amplifie les défis auxquels notre société est confrontée, qu’il s’agisse des inégalités socio-économiques, de l’accessibilité aux soins de santé, de l’égalité entre les sexes, etc. Jusqu’à présent, l’impact de nombreuses entreprises privées s’est limité à des initiatives de responsabilité sociale des entreprises, mais il est possible de faire encore mieux. À cette fin, Stefan Gröschl et Laurent Bibard, de l’ESSEC, ainsi que Patricia Gabaldon, de l’IE Business School, ont étudié comment les écoles de management peuvent apporter leur contribution dans un chapitre du Research Handbook of Global Leadership (1).

Qu’entendons-nous par « faire la différence » ?

 Ce n’est pas un secret que les progrès sociétaux au cours du siècle dernier ont été une arme à double tranchant : si les avancées technologiques et la croissance économique ont été florissantes, ce progrès s’accompagne de graves conséquences pour la répartition des richesses et l’environnement. Alors que ces facteurs étaient autrefois dictés par les actions d’États souverains, la mondialisation et les développements technologiques ont créé une situation où les entreprises ont une influence puissante sur le façonnement de notre monde. Il est donc essentiel de comprendre le rôle de ces acteurs et la manière dont les écoles de management et les éducateurs peuvent préparer les dirigeants de demain.

Le monde est confronté à des problèmes complexes et multiples, mais pour simplifier les choses, considérons ces deux objectifs principaux à garder à l’esprit lorsque vous essayez de faire la différence :

 1. Découpler la destruction de l’environnement et la croissance économique

2. Une distribution plus équitable des richesses 

Bien sûr, il s’agit de problèmes complexes, à multiples facettes, qui existent depuis des décennies et qui ont des conséquences irréversibles à l’échelle mondiale. Quelle est la responsabilité des entreprises privées et quel rôle doivent-elles jouer ?

Pourquoi les entreprises devraient-elles contribuer ? 

L’idée que les entreprises ont une responsabilité envers la société n’est pas nouvelle. Comme le soulignent les chercheurs, « si l’existence même d’une entreprise dépend de la société, les demandes et les attentes sociales de la société devraient être considérées comme des objectifs commerciaux à part entière. » D’autres commentateurs ont affirmé que les entreprises devraient assumer leur responsabilité, car elles forment un contrat social avec la société et qu’à ce titre, elles doivent tenir leur part du marché en bénéficiant au bien commun. D’autres expliquent la responsabilité des entreprises privées à l’aide du principe du pollueur-payeur et de la responsabilité élargie du producteur : en un mot, la partie qui porte atteinte à la société ou à l’environnement doit en être tenue pour responsable, et il est de son devoir moral d’agir. De nombreuses entreprises privées, comme les multinationales, exercent un pouvoir financier et un soft power importants : par exemple, des chercheurs ont noté en 2016 que Walmart avait les poches plus profondes que l’Espagne et l’Australie (2). Qui plus est, les structures organisationnelles des entreprises privées pourraient permettre plus de flexibilité et moins de bureaucratie lors de la mise en œuvre de décisions stratégiques et de politiques durables, et leurs actions ont la capacité de dépasser les frontières terrestres.

En effet, de nombreuses entreprises privées s’engagent dans des actions durables au niveau mondial, mais elles sont souvent motivées par les besoins du marché et de l’image plutôt que par un sentiment d’obligation morale. Des progrès plus importants pourraient être observés si des obligations légales étaient établies pour réglementer les actions des entreprises. Mais que peut-on faire en l’absence de telles obligations ?

Prendre l’initiative pour faire la différence

Cela nous amène au rôle des écoles de management. Nous avons tous un rôle à jouer pour améliorer notre monde, et nous pensons que les individus ont le pouvoir de faire la différence. Les leaders organisationnels peuvent changer les contraintes institutionnelles, modifier les normes organisationnelles, s’engager en faveur de la durabilité et établir un lien avec les générations futures pour assurer un changement continu. Pour ce faire, ces leaders doivent comprendre les problèmes complexes auxquels notre monde est confronté et se sentir habilités à oser faire la différence. Cela exige un nouveau type de leadership, et l’ouverture au changement est une caractéristique essentielle. Il en va de même pour le courage : changer les choses exige de la détermination et du courage.

La prochaine génération de leaders comprendra des diplômés d’écoles de management et du système d’enseignement supérieur. Il est de notre responsabilité, en tant qu’éducateurs, de reconsidérer la manière dont nous formons ces futurs dirigeants. Traditionnellement, les universités ont mis l’accent sur l’aspect économique : comment maximiser les profits, comment surpasser la concurrence, comment réduire les coûts. Désormais, nous devons centrer l’aspect « humain » de l’équation et apprendre aux étudiants à évaluer non seulement les termes économiques, mais aussi les termes sociaux, éthiques et moraux. Pour ce faire, nous devrions encourager les étudiants à réfléchir à leur but et à leurs valeurs directrices, ainsi qu’à leurs responsabilités et à leurs contributions au bien commun.

Des cadres existent déjà : en 2007, le Pacte pour le développement des Nations Unies et un groupe de travail international ont introduit des principes pour une formation au management responsable. À l’ESSEC, nous sommes guidés par nos valeurs : humanisme, innovation, responsabilité, excellence et diversité. L’un de nos piliers stratégiques est Together, une initiative qui se concentre sur notre transformation environnementale et sociale. Dès la rentrée 2020, tous les étudiants seront formés à ces enjeux sociaux et environnementaux. Nous ne sommes pas la seule université à reconnaître le rôle important que nous avons à jouer : beaucoup d’autres ont commencé à proposer des cours sur l’éthique des affaires, la RSE, l’entrepreneuriat social, et plus encore, soulignant le fait que les modèles d’entreprise et les rôles managériaux traditionnels sont remis en question.

Mais le travail ne doit pas s’arrêter là : les écoles de management doivent encourager une perspective humaniste. La Commission Brundtland des Nations unies a identifié une « triple ligne de fond » comprenant les enjeux économiques, sociaux et environnementaux : ceux-ci doivent être combinés à d’autres disciplines pour nourrir une telle perspective humaniste. Cela suppose, par exemple, une plus grande diversité d’activités académiques, de recherches et de disciplines universitaires. L’inclusion de domaines tels que les arts, la philosophie, les langues, la littérature et l’histoire confronte les étudiants à de nouvelles façons de penser et d’imaginer, encourageant l’ouverture d’esprit, la créativité et l’esprit critique : les outils nécessaires pour relever nos défis mondiaux.

 Les méthodes pédagogiques doivent également aller au-delà de la simple mémorisation et encourager la compréhension. Pour comprendre les défis complexes, nous devons développer des cours interdisciplinaires afin d’offrir une perspective holistique de la question et d’aider les étudiants à comprendre leurs actions au sein des systèmes et entre eux, afin qu’ils puissent mieux comprendre comment leurs décisions affectent les différentes parties d’un système et le système dans son ensemble.

Comment peut-on avancer ? L’un des moyens est d’inviter dans les programmes de formation des personnes ayant des expériences et des perspectives différentes, y compris des profils non traditionnels d’écoles de management et des personnes ayant des diplômes et des formations en arts libéraux. Cela peut aider les étudiants à sortir des sentiers battus lorsqu’ils réfléchissent à leurs propres rôles, objectifs et buts, ainsi qu’à ceux de leurs futures organisations.

Cela ne fonctionnera que si les membres du corps professoral sont également convaincus qu’un changement est nécessaire pour faire face aux changements auxquels notre monde est confronté. Les membres du corps enseignant doivent s’éduquer et se tenir informés des problèmes sociaux et politiques de l'époque auxquels pourraient être confrontés leurs étudiants. De nombreuses entreprises reconnaissent le rôle que jouent leurs employés et réagissent en offrant des possibilités d’apprentissage et de développement pluridisciplinaires : les écoles de management doivent faire de même.

Le monde est confronté à des défis importants : la crise climatique mondiale et l’aggravation des inégalités sociales ne s’amélioreront pas sans action. Nous ne pouvons pas laisser aux seuls politiciens le soin d’agir : il faut que les entreprises privées agissent aussi, et cela inclut les universités et les écoles de management. Les écoles peuvent répondre à cet appel à l’action en formant les futurs dirigeants à l’ouverture d’esprit, à la flexibilité et au courage, par le biais de différentes stratégies, notamment en élargissant l’offre de cours et en remettant en question les modes de pensée traditionnels.

Cela vous semble-t-il un peu trop parfait ? Peut-être. Mais comme le disait Aristote, « construisons une utopie, et voyons comment nous pouvons l’approcher avec tempérance ».

References 

  1. 2. Gröschl, S., Gabaldón, P., & Bibard, L. (2020). Taking the lead in making a difference: the role of business schools. In Research Handbook of Global Leadership. Edward Elgar Publishing. 

  2. https://theconversation.com/who-is-more-powerful-states-or-corporations-99616 

Les tweets d'Essec Knowledge

blog comments powered by Disqus

Suivez nous sur les réseaux