David, Goliath et l'art d'éviter les impôts

David, Goliath et l'art d'éviter les impôts

Avec ESSEC Knowledge Editor-in-chief

Qualité d'audit inférieure et évasion fiscale élevée parmi les quatre grands cabinets de clients privés

L'expression "David et Goliath" est utilisée comme une métaphore des victoires improbables et inattendues d'une partie faible face à un adversaire beaucoup plus fort. Dans le contexte de l'audit, la partie faible serait les cabinets d'experts-comptables qui ne font pas partie des cabinets Big 4, pour lesquels les recherches existantes montrent de manière cohérente et solide qu'ils se situent derrière les Big 4 (KPMG, Deloitte, PwC, EY) en termes de qualité des services d'audit qu'ils offrent aux clients cotés en bourse. Cependant, des recherches récentes menées par Anastasios Elemes (ESSEC Business School), Jeff Zeyun Chen (Texas Christian University) et Gerald J. Lobo (University of Houston) suggèrent que cette hypothèse ne se vérifie pas pour les cabinets de clients privés. Au contraire, ce sont les auditeurs des Big 4 qui offrent une qualité d'audit inférieure, s'efforçant plutôt d'aider leurs clients privés à éviter les impôts. 

Les entreprises privées contribuent énormément à l'économie mondiale : en Europe, elles représentent 99 % des organisations et embauchent deux tiers des emplois du secteur privé (2). Les entreprises privées ont tendance à faire face à un examen moins minutieux de leurs rapports financiers que les entreprises publiques. En outre, elles privilégient l'optimisation de la planification fiscale (en d'autres termes, la réduction de la fiscalité) à la qualité de l'information financière. Cela signifie qu'elles peuvent rechercher des auditeurs qui les aideront à maximiser les économies d'impôts, même si cela se fait au détriment de la qualité de l'audit. L'équipe de recherche a cherché à déterminer si cette hypothèse s'applique également au marché des entreprises privées.

Les chercheurs ont suggéré que les cabinets comptables Big 4 offriraient une qualité d'audit inférieure à celle des cabinets comptables non-Big 4 sur le marché des entreprises privées. Pourquoi ? Des recherches antérieures (3) suggèrent que les auditeurs des Big 4 et les autres ont des priorités différentes : Les auditeurs des Big 4 réussissent mieux à limiter la gestion des bénéfices à la hausse, mais sont moins susceptibles de limiter la gestion des bénéfices à la baisse, qui est souvent utilisée pour défendre des positions fiscales agressives. La demande des entreprises clientes pour une gestion des bénéfices à la baisse est plus forte dans les entreprises privées que dans les entreprises publiques. Il existe également un risque de litige plus faible pour la gestion des bénéfices à la baisse et un risque de litige global plus faible sur le marché des entreprises privées.

Étudier la qualité 

Les chercheurs ont examiné les états financiers d'un échantillon de plus de 21 000 entreprises privées britanniques entre 2010 et 2016. Pour déterminer la qualité de l'audit, ils ont examiné les mesures de qualité des accruals pour la gestion des bénéfices et les erreurs d'estimation des accruals. Ils ont constaté que les auditeurs des Big 4 acceptent davantage une qualité d'audit inférieure. De plus, les entreprises clientes des Big 4 évitent plus d'impôts que les entreprises non clientes des Big 4. 

Les chercheurs ont également cherché à savoir si la structure organisationnelle d'une entreprise jouait un rôle dans cette relation. Ils ont identifié deux types d'entreprises privées :

  • les entreprises autonomes qui ont une faible demande de rapports financiers de haute qualité

  • les grands groupes qui ont une demande plus forte en matière de qualité de l'information financière et qui sont moins susceptibles de sacrifier la qualité de l'information financière à des fins fiscales.

Ils ont constaté qu'il y a moins de différence dans la qualité de l'audit entre les cabinets Big 4 et les cabinets non Big 4 pour les grands groupes, ce qui suggère que cela est lié à la tendance des cabinets Big 4 à être plus réceptifs aux demandes des clients en matière de qualité. 

Il est important de prendre en compte d'autres facteurs : il peut y avoir d'autres explications à la raison pour laquelle la qualité de l'audit est plus faible parmi les entreprises clientes des Big 4, comme le fait que les Big 4 soient plus conservateurs ou répondent aux incitations des parties prenantes. 

Qu'est-ce que cela nous apprend sur les cabinets d'audit ? 

Cette étude nous donne des informations supplémentaires sur l'idée que les cabinets des Big 4 devraient fournir des audits de meilleure qualité que les autres cabinets, une perception courante. En fait, les résultats indiquent que les clients des Big 4 ont une qualité d'audit inférieure à celle des autres cabinets. En outre, les résultats suggèrent que les grands groupes clientes des Big 4 ont des audits de meilleure qualité que les entreprises privées indépendantes clientes des Big 4, et que le recrutement d'un auditeur des Big 4 peut encore être une stratégie pour obtenir des rapports financiers de haute qualité pour les grands groupes. Si les auditeurs des Big 4 ont tendance à produire des rapports moins informatifs sur les bénéfices, les économies d'impôts en valent souvent la peine. 

Ceci est également utile pour les régulateurs et les autres parties prenantes. Le compromis entre l'information sur les bénéfices et la minimisation des impôts est un bon argument pour accroître la transparence et la réglementation des services d'audit. Il montre également pourquoi il est si important de comprendre les incitations à l'information des entreprises privées et la manière dont elles choisissent un auditeur. 

Si les auditeurs des Big 4 offrent une qualité d'audit inférieure à celle de leurs homologues qui ne font pas partie des Big 4, cela signifie-t-il que la qualité des audits des Big 4 est faible sur le marché des entreprises privées ? Les auteurs suggèrent que ce n'est pas nécessairement le cas. Le plus probable est que les auditeurs des Big 4 continuent à fournir des niveaux de qualité d'audit suffisamment élevés. Leurs services d'audit sont stratégiquement différenciés pour mieux répondre aux besoins de leurs clients privés et leur permettre de facturer des honoraires d'audit plus élevés que les cabinets comptables plus petits.

References

  1. Chen, J.Z., Elemes, A. and Lobo, G.J. (2021). David versus Goliath: The Relation between Auditor Size and Audit Quality for U.K. Private Firms. European Accounting Review, In press.

  2. Vanstraelen, A., & Schelleman, C. (2017). Auditing private companies: What do we know? Accounting and Business Research, 47(5), 565–584. https://doi.org/10.1080/00014788.2017.1314104

  3. Kim, J.-B., Chung, R., & Firth, M. (2003). Auditor conservatism, asymmetric monitoring, and earnings management. Contemporary Accounting Research, 20(2), 323–359. https://doi.org/10.1506/J29K-MRUA-0APP-YJ6V

Les tweets d'Essec Knowledge

blog comments powered by Disqus

Suivez nous sur les réseaux