À quoi ressemble le développement durable dans les économies informelles ?

À quoi ressemble le développement durable dans les économies informelles ?

Avec ESSEC Knowledge Editor-in-chief

Les pratiques de développement durable dans les entreprises font l’objet d’une grande attention, mais la plupart des discours et des recherches sur le développement durable dans les entreprises se sont concentrés sur le secteur économique « formel ». Dans un récent chapitre du Research Handbook of Sustainability Agency, Stefan Gröschl a cherché à étendre cette recherche en explorant les activités de développement durable dans les économies informelles.

Qu’est-ce que l’économie informelle ?

« L’économie informelle » désigne « les activités économiques des travailleurs et des unités économiques qui ne sont — en droit ou en pratique — pas couvertes ou insuffisamment couvertes par les dispositifs formels » (Organisation internationale du travail, 2002 : paragraphe 3). L’économie informelle ne comprend pas les activités économiques de nature illégale ou les organisations telles que les cartels de la drogue et autres entreprises criminelles, les gangs et les syndicats qui se livrent à des activités économiques illégales.  Aujourd’hui, environ 60 % des salariés travaillent dans l’économie informelle (OIT, 2018), et beaucoup d’entre eux sont situés dans des pays à économie émergente. 

Les personnes, à savoir les travailleurs informels, sont au cœur des activités économiques informelles. Les autres acteurs principaux sont les décideurs politiques, les individus et les entreprises qui entreprennent des activités économiques formelles et interagissent avec le secteur informel, les ONG qui soutiennent les travailleurs informels, et les communautés dans lesquelles ces activités ont lieu. Toutes ces parties prenantes sont susceptibles d’avoir des motivations et des objectifs différents, d’où l’importance de comprendre ces objectifs et la manière dont ils se croisent pour mieux soutenir les activités de développement durable. Malgré cela, la recherche sur le développement durable dans les activités économiques s’est concentrée sur le secteur formel.

Qu’est-ce qui pousse les gens à se lancer dans des activités économiques informelles ?

La pauvreté. Plus précisément, le manque d’opportunités économiques alternatives est l’un des principaux facteurs qui poussent les gens à participer à l’économie informelle. Combiné à un manque d’éducation et de formation, cela perpétue un cercle vicieux qui rend difficile le passage au secteur économique formel. Sans surprise, l’agriculture et la production sont des secteurs clés des économies informelles.

Parmi les autres facteurs, citons le transfert de la production vers des pays où les coûts sont moins élevés et la restructuration des processus économiques, qui entraîne une hausse du chômage et une diminution des possibilités d’emploi dans l’économie formelle. Dans certains pays, le coût de la réglementation du travail est un autre facteur, bien que controversé. 

Si les économies informelles donnent aux personnes qui n’ont pas d’autres options un moyen de gagner leur vie, ces pratiques peuvent conduire à l’exploitation et à la marginalisation des travailleurs, en particulier des femmes et des jeunes. Un autre effet négatif des activités de travail informel est l’impact sur l’environnement. En effet, ces activités ont souvent un effet néfaste sur l’environnement, en partie en raison de leur croissance dans les zones urbaines denses, ce qui entraîne une augmentation de la consommation et des déchets. Il est donc d’autant plus crucial de mieux comprendre à quoi ressemblent (ou pourraient ressembler) les pratiques commerciales durables dans le secteur informel.

Le développement durable et l’économie informelle : pièges et possibilités

S’il est vrai que les activités économiques informelles sont loin d’être une solution idéale pour les personnes concernées ou pour l’environnement, l’emploi informel procure un revenu aux personnes et peut constituer une stratégie d’adaptation. Ces activités présentent moins de barrières à l’entrée que l’économie formelle, avec des exigences moindres en matière de compétences, de formation et d’éducation. Il existe également des possibilités de développement durable. Ces activités pourraient être utilisées pour promouvoir l’innovation et les pratiques commerciales durables, notamment parce qu’elles donnent aux personnes vulnérables la possibilité de gagner leur vie, offrant ainsi une voie vers l’égalité et l’autonomisation des femmes. Les décideurs politiques et les ONG pourraient tirer parti de ces activités pour améliorer le bien-être des pauvres dans le monde et s’attaquer à des problèmes mondiaux tels que le changement climatique.

Il existe quelques caractéristiques clés qui pourraient être utiles au développement durable. Les personnes travaillant dans des activités économiques informelles ont tendance à faire preuve d’un esprit d’entreprise, de flexibilité et de collaboration, et travaillent en étroite collaboration avec leurs communautés. Leurs activités étant moins formellement structurées, elles disposent d’une plus grande souplesse et d’une meilleure adaptabilité qu’elles peuvent exploiter pour répondre aux exigences environnementales. Prenons l’exemple des collecteurs de déchets informels : ces personnes sont très autonomes et décident elles-mêmes de ce qu’elles doivent collecter, quand elles doivent le faire et comment elles doivent vendre leurs déchets. C’est très bénéfique pour l’environnement, car l’augmentation de la collecte de matériaux tels que les plastiques signifie que moins de déchets finissent dans l’océan et que davantage peuvent être réutilisés. Cela pourrait également être bénéfique pour les entreprises du secteur formel, qui pourraient réintroduire ces plastiques recyclés dans leur chaîne de valeur pour un impact plus positif sur l’environnement - et sur leur image. Ainsi, les activités économiques formelles et informelles peuvent se compléter et, en fait, les deux s’entremêlent déjà souvent, ce qui, il faut bien l’admettre, rend le tableau complexe pour ceux qui souhaitent étudier l’économie informelle.

Il n’est pas facile d’être vert (dans l’économie informelle)

Une question clé est le motif réel des pratiques durables dans les activités informelles : sont-elles intentionnelles ou un sous-produit de quelque chose d’autre ? Les collecteurs de déchets susmentionnés ne sont pas nécessairement motivés par le désir de protéger l’océan, mais plus souvent par le désir de sortir de la pauvreté et la flexibilité du travail. Cela signifie qu’il est important d’examiner les microfondations de l’économie informelle, notamment les facteurs contextuels tels que l’accès à la formation et au soutien financier. Cela signifie également qu’il est important d’impliquer les acteurs de terrain dans ce type de recherche, comme les éducateurs, les ONG et les dirigeants communautaires.

Il est également essentiel que les États intègrent leurs secteurs informels dans leurs activités formelles, ou du moins qu’ils incluent ces activités dans leurs stratégies de croissance et leurs programmes environnementaux. L’un des obstacles à cette intégration est l’absence de politiques couvrant l’ensemble des économies informelles. L’Organisation internationale du travail a identifié sept domaines politiques pour cibler la transition des économies informelles vers les économies formelles :

● les stratégies de croissance et la création d’emplois de qualité

● l’environnement réglementaire

● l’organisation, la représentation et le dialogue

● l’égalité entre les sexes, l’ethnicité, la race, la caste, le handicap et l’âge.

● l’esprit d’entreprise, les compétences, la finance, la gestion et l’accès aux marchés.

● l’extension de la protection sociale, la sécurité sociale et les transferts sociaux.

● les stratégies de développement local (rural et urbain).

En étudiant ces sujets et en collaborant avec des acteurs clés tels que les décideurs politiques, les ONG et les groupes de pression, les chercheurs peuvent mieux identifier les différentes causes et les différents types de secteurs informels afin d’élaborer des politiques, de protéger les travailleurs et de soutenir l’économie informelle.

Le secteur économique informel présente un potentiel de développement durable accru, compte tenu des caractéristiques de ses travailleurs et de la nature du travail. S’il y a des défis à relever, comme la nature complexe de la relation entre les secteurs formel et informel, il y a aussi des possibilités d’améliorer les conditions de travail et, en fait, la vie de milliards de personnes dans le monde, tout en protégeant notre environnement.

Références

Gröschl, S. (2021). Sustainability practices in informal economies: actors, roles, and research outlook. In Research Handbook of Sustainability Agency. Edward Elgar Publishing

.ILO (International Labour Organization) (2018), Women and men in the informal economy: A statistical picture, Geneva: ILO.

ILO (International Labour Organization) (2002), Resolution concerning decent work and the informal economy, Geneva: ILO, accessed 18 January 2020 at https://www.ilo.org/public/english/standards/relm/ilc/ilc90/pdf/rep-vi.pdf.

Les tweets d'Essec Knowledge

blog comments powered by Disqus

Suivez nous sur les réseaux