L'avenir des emplois verts

L'avenir des emplois verts

Avec ESSEC Knowledge Editor-in-chief

Le changement climatique modifie notre mode de vie - et notre façon de travailler. La génération Z et les millenials étant de plus en plus engagés dans le militantisme pour le changement climatique, il est crucial pour de nombreux jeunes actifs de travailler pour une entreprise qui donne la priorité à la durabilité. Heureusement pour eux - et pour l'environnement - l'économie verte est en plein essor : l'Organisation internationale du travail estime que la neutralité climatique et une économie demandant moins de ressources pourraient créer 100 millions d'emplois. Stefan Gröschl, professeur de management à l'ESSEC, a échangé avec Mette Grangaard Lund, de l'Organisation internationale du travail, sur l'avenir des emplois verts. 

Comment l'Organisation internationale du travail soutient-elle les emplois verts ? 

Mette Grangaard Lunde fait partie de l'équipe Emplois verts de l'OIT. 

Depuis un an et demi, nous soutenons nos mandants, c'est-à-dire les syndicats, les organisations d'employeurs et les gouvernements, sur les questions relatives aux emplois verts et à la façon dont le monde du travail sera transformé par le changement climatique. 

Nous avons une approche à trois volets : 

La recherche et le développement

  • Nous menons des études sur des sujets pertinents, par exemple sur les estimations mondiales du nombre d'emplois et des compétences recherchées. 
  • Dans notre centre de formation à Turin, nous proposons plusieurs cours sur la manière de favoriser la croissance des entreprises vertes et de soutenir une transition juste, ce qui implique de maximiser l'impact environnemental et de minimiser les conséquences sociales. Nous partageons et diffusons également nos résultats.

Élaboration des politiques et coopération au développement

  •  Outre la production de connaissances au carrefour de l'environnement, du climat et de l'emploi, nous soutenons également les mandants dans l'élaboration de politiques fondées sur la connaissance. Par exemple, nous formons des décideurs politiques et des économistes au niveau national, en utilisant le modèle d'évaluation des emplois verts, qui aide les décideurs à évaluer les effets des politiques environnementales sur l'emploi. Les gouvernements peuvent ainsi se faire une idée plus précise de la manière dont ils peuvent aborder le changement climatique et l'injustice sociale de manière holistique. Nous soutenons également la création d'emplois verts par le biais de projets de développement de l'esprit d'entreprise et de développement des compétences.

Coopération internationale et multipartite : 

  • Il s'agit de travailler en étroite collaboration avec nos partenaires à travers le monde. Par exemple, nous avons été impliqués dans :

  • Climate Action for Jobs Initiative, une initiative pour la transition juste et le changement climatique.

  •  Nous suivons de près les agendas politiques mondiaux liés au monde du travail, le changement climatique et les négociations environnementales (comme la COP et l'UNEA) revêtant une importance croissante pour notre travail. L'OIT est présente aux négociations de la COP depuis plus d'une décennie, et nous pouvons constater que la transition juste, c'est-à-dire la prise en compte des dimensions sociales de l'action climatique, est de plus en plus discutée.

  • Nous intégrons les perspectives du monde du travail dans ces négociations sur le climat et l'environnement. 

Qu'est-ce qu'un emploi vert ? 

Il existe différentes définitions, mais l'OIT utilise trois critères principaux. 

Les emplois verts doivent être des emplois "décents". Le travail décent couvre quatre dimensions : l'emploi productif (c'est-à-dire à la fois la qualité et la quantité), la protection sociale, les droits des travailleurs et le dialogue social. 

 Un emploi vert peut se situer dans n'importe quel secteur économique et est un emploi qui contribue à la préservation et à la restauration de l'environnement. Bien sûr, l'emploi vert peut se situer dans le domaine des énergies renouvelables et de l'agriculture, qui est probablement ce à quoi les gens pensent lorsqu'ils pensent aux emplois verts. Par exemple, un emploi vert peut produire des biens ou fournir des services bénéfiques pour l'environnement, comme des transports propres. Toutefois, ces produits et services verts ne sont pas toujours basés sur des processus et des technologies de production écologiques. C'est pourquoi un emploi vert peut également se distinguer par sa contribution à des processus plus respectueux de l'environnement. Par exemple, les emplois verts peuvent réduire la consommation d'eau ou améliorer les systèmes de recyclage. 

Un emploi vert ne doit pas nécessairement être un emploi hautement qualifié ou spécialisé. C'est possible, mais un emploi comme la collecte des déchets est également un emploi vert s'il répond aux exigences d'un emploi décent. Il peut s'agir de n'importe quel niveau de compétence ou de spécialisation, pour autant que l'emploi offre une qualité de travail et de vie décente. 

L'accent est mis sur le résultat de l'emploi : il peut être dans n'importe quel secteur, mais pour être qualifié d'emploi vert, les produits et services qu'il fournit doivent servir l'environnement. 

Certains secteurs sont intrinsèquement verts ou importants, et l'OIT s'y intéresse donc naturellement plus que d'autres. Par exemple, le secteur de l'énergie est de la plus haute importance pour la décarbonisation et le respect de l'Accord de Paris. 

Si nous atteignons cet objectif, environ 24 millions d'emplois pourraient être créés - mais environ six millions pourraient être perdus. Le problème est que ces derniers ne se trouvent pas nécessairement au même endroit. L'OIT se concentre donc sur la transition juste. Les directives de l'OIT sur la transition juste suggèrent qu'une approche pour minimiser l'effet négatif est de s'assurer que les individus ont les compétences nécessaires pour la transition vers de nouveaux emplois, puisque des emplois comme ceux de l'industrie des combustibles fossiles seront moins demandés, mais qu'il y aura une nouvelle demande significative de main-d'œuvre dans les énergies renouvelables et les nouveaux types de mines et autres secteurs et industries en expansion.

Existe-t-il des éléments régionaux en ce qui concerne la transition juste ? 

Oui. Il existe des différences dans les gains et les pertes d'emplois, tant entre les pays qu'à l'intérieur de ceux-ci. Le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord risquent de perdre le plus d'emplois, car certaines de ces économies ont tendance à être plus dépendantes des combustibles fossiles en termes d'emplois et de recettes publiques.  Cela ne signifie pas nécessairement que les pays à haut revenu sont plus aptes à développer des initiatives de transition juste - certaines des politiques de transition juste, les plus ambitieuses, se trouvent dans des pays à faible revenu. Les pays à faible revenu ont néanmoins un plus grand besoin de soutien, et c'est là qu'interviennent des organisations comme l'OIT. 

Quels sont les secteurs autres que l'énergie ? 

Je voudrais mettre en évidence quatre secteurs principaux.

L'énergie : le premier secteur est, bien sûr, l'énergie. Nous parlons beaucoup de ce secteur car il a un impact environnemental important, mais aussi parce qu'il y a eu des initiatives impressionnantes dans le domaine des énergies renouvelables. 

L'agriculture est très importante.  L'agriculture est le premier employeur mondial et joue un rôle important dans l'emploi en milieu rural. Plus important encore, les emplois agricoles sont également vulnérables au changement climatique. 

La construction : parce qu'elle est à forte intensité énergétique, mais aussi parce que nous constatons de nombreux défis en matière de conditions de travail décentes. Par exemple, le stress thermique deviendra un problème de plus en plus important qui a un impact sur la productivité et la santé des employés. 

Les transports : La logistique, les infrastructures et les transports sont également importants pour l'économie, tant pour le déplacement des personnes que des marchandises. La neutralité carbone et la qualité des emplois sont vraiment importantes dans ce secteur.  

Parmi les autres secteurs présentant un intérêt particulier, citons l'économie circulaire et l'industrie manufacturière. 

Quels sont les facteurs clés qui font évoluer ces secteurs vers des emplois verts ? 

Certains secteurs économiques sont essentiels dans la poursuite des objectifs climatiques en raison de leur part importante dans les émissions de carbone, comme l'énergie. D'autres doivent s'adapter de toute urgence, comme l'agriculture et le tourisme. 

Chaque fois qu'il s'agit d'une question liée au monde du travail, nous soutenons que les éléments sociaux doivent être impliqués. Dans notre approche, nous incluons les gouvernements, les travailleurs et les employeurs. Certains des exemples les plus réussis sont ceux du secteur privé et des syndicats, où les travailleurs soutiennent l'écologisation de l'entreprise car ils reconnaissent les avantages potentiels en termes d'emploi. Nous devons accélérer la révolution climatique, mais elle ne sera pas couronnée de succès si nous n'y intégrons pas la dimension sociale.

Où les éducateurs interviennent-ils ? Avons-nous un rôle particulier à jouer ? 

Nous travaillons en étroite collaboration avec le monde universitaire et les établissements d'enseignement supérieur, car le développement des compétences est un élément essentiel de la transition juste. Comme je l'ai déjà dit, il n'y a pas que la main-d'œuvre hautement qualifiée, les établissements de formation technique et professionnelle sont aussi un élément clé de la transition verte. Nous aurons besoin de personnes possédant ces compétences à l'avenir : collecte des déchets, traitement de l'eau, construction... la liste est longue.

De nombreuses écoles de commerce, dont la nôtre, ont lancé des initiatives en matière de durabilité. Qu'en pensez-vous ?

En effet, comme vous l'avez dit, de nombreuses institutions prêtent attention à leurs pratiques en matière de durabilité. Les sujets verts sont également de plus en plus importants pour les jeunes. Ils n'acceptent pas le greenwashing et sont plus critiques. Si les écoles ne font pas ce qu'elles font, cela se retournera contre elles. Cela vaut également pour les entreprises. Il ne suffit pas de se contenter d'un discours sur les initiatives écologiques, il faut aussi des actions pour les soutenir. 

Si les emplois verts ne sont pas toujours des emplois de management ou hautement qualifiés, à l'ESSEC, nous nous concentrons sur les personnes qui occuperont des postes de décision. Comment la notion de transition juste modifie-t-elle leurs compétences et leurs responsabilités ? 

J'aimerais souligner deux choses. Un élément clé du travail décent est l'égalité des sexes. Les dirigeants de demain seront beaucoup plus conscients de l'égalité des sexes, de l'identité sexuelle, du harcèlement sexuel, des horaires de travail flexibles et de la nécessité de créer un environnement de travail sûr. Dans ce contexte, les dirigeants doivent également s'assurer qu'ils offrent un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Cela est de plus en plus populaire, même dans des secteurs exigeants comme le conseil, où les employés sont de plus en plus encouragés à surveiller leurs horaires.

Un autre élément important est l'entrepreneuriat. Si vous êtes entrepreneur, vous deviendrez probablement un employeur si votre idée décolle. Vous avez alors une responsabilité envers vos employés : emploi formel, bonnes conditions de travail, salaire de subsistance, avantages sociaux... Lorsque vous soutenez l’entrepreneuriat, vous devez soutenir un emploi sain pour toutes les personnes concernées, et pas seulement pour l'entrepreneur lui-même. 

Notre monde est un monde de transitions et, à ce titre, il est nécessaire d'apprendre tout au long de la vie et de se perfectionner pour relever les nouveaux défis. 

Quels sont, selon vous, les principaux défis des emplois verts ? Quelles sont les différentes parties prenantes et leurs demandes potentiellement concurrentes ? La guerre en Ukraine a eu des répercussions sur le secteur de l'énergie, par exemple. 

Alors qu'auparavant, certaines parties prenantes pouvaient être réticentes, les objectifs sont désormais mieux alignés. Par exemple, de nombreux travailleurs sont désormais favorables à la décarbonisation et à la suppression progressive de leur propre emploi, parce qu'ils se sont vu garantir de nouvelles possibilités d'emploi vert après un dialogue social avec leur entreprise. 

Assurer la croissance des entreprises vertes est un autre aspect important de la création d'emplois verts. Pour certaines entreprises, en particulier les PME, la mise en place d'une nouvelle législation peut être lourde. L'OIT insiste donc sur la nécessité de soutenir les organisations d'employeurs et leurs membres, afin de mieux aider ces derniers à s'adapter aux changements et à surmonter les obstacles administratifs. 

Les gouvernements sont un autre acteur clé : il peut être très difficile pour de nombreux pays de donner la priorité à la décarbonisation. Mais s'ils investissent dans l'emploi et la création d'emplois, alors vous pouvez obtenir le soutien de nombreux gouvernements, car cela tend à être une priorité majeure. Par exemple, le nouveau Green Deal de Biden : il propose de créer des emplois en rendant les infrastructures plus vertes. Il existe de solides arguments en faveur de la prise en compte des effets sur l'emploi des politiques en matière d'environnement et de changement climatique. Nous ne pouvons pas choisir entre la croissance économique, le développement et la création d'emplois d'une part, et la durabilité environnementale et la résilience climatique d'autre part : les deux doivent aller de pair. 

Vous avez mentionné les PME et l’entrepreneuriat. À l'ESSEC, l'un de nos piliers stratégiques est l'entrepreneuriat. Avez-vous des recommandations ou des conseils à donner à nos diplômés qui souhaitent se lancer dans l'entrepreneuriat ? 

Comme je l'ai déjà dit, les entrepreneurs doivent s'assurer qu'ils offrent des conditions de travail saines. Une fois qu'une entreprise a embauché son premier employé, elle doit identifier son organisation patronale et y adhérer. Souvent, ces organisations disposent de systèmes de soutien pour les jeunes entreprises. Ces organisations peuvent aider les startups à s'orienter dans la législation et à profiter des avantages qui leur sont offerts. Ces services sont souvent gratuits. 

Un autre conseil est de prendre au sérieux votre stratégie de durabilité. S'il s'agit d'une initiative superficielle, elle ne servira à rien. Elle constituera un risque plutôt qu'un atout. Pensez à la cohérence de vos initiatives de durabilité avec votre mission et mesurez l'impact que vous avez, y compris les conséquences négatives possibles. Cela la rendra plus authentique pour les clients et les parties prenantes.

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ? 

Beaucoup de gens ne savent pas nécessairement ce qu'est la transition juste, nous devons donc aborder ce problème par le biais du dialogue social, qui, à son tour, favorisera la résilience des entreprises. Le monde change, et le monde du travail doit changer avec lui en faisant des emplois verts une priorité et en soutenant les employés, les employeurs et les gouvernements pendant cette transition.

Les tweets d'Essec Knowledge

blog comments powered by Disqus

Suivez nous sur les réseaux