Mode inclusive

Mode inclusive

Les consommateurs veulent être écoutés, et plus que tout être reconnus et considérés. Ils revendiquent plus d’inclusion et de diversité dans la société. Face à cette demande pour une société plus inclusive, la mode se réinvente. De nombreux acteurs du marché mettent en place une mode inclusive, à savoir une mode qui s’adresse à toutes les morphologies et non plus simplement à la femme grande et mince. On peut l’observer à travers les morphologies des égéries et des mannequins ou l’apparition de grandes tailles dans les collections de prêt-à-porter. Comment la mode inclusive a-t-elle émergée ?

 Au départ, une mode dite « mode grande taille » s’est développée en marge de la mode. Des marques de mode spécialisées en grandes tailles se sont développées non pas au sein de la mode mais en périphérie avec des marques spécifiques, des enseignes spécifiques, des sites internet spécifiques. Il y avait d’un côté la mode et de l’autre la mode grande taille, la mode grande taille étant marginalisée, peu valorisée et peu attractive.

Il y avait très peu de passerelles entre les deux univers et très peu de marques dites de mode qui commercialisaient des grandes tailles. Les rares enseignes de mode qui commercialisaient des grandes tailles proposaient des grandes tailles sur un très petit nombre de références réunies au sein d’une collection spécifique. Cette collection se trouvait souvent reléguée dans les espaces les plus reculés des magasins et en rupture de stock.

 La plupart des femmes qui portaient de grandes tailles se sentaient stigmatisées et exclues de la mode car elles n’avaient pas accès aux marques de mode reconnues et réputées.

 L’essor de la mode grande taille s’est fait sous la pression des activistes « plus size » aux Etats-Unis puis plus tardivement dans d’autres pays. Grâce à leur activité sur les réseaux sociaux, les activistes ont réussi à changer le regard porté sur la mode grande taille.

 Premièrement, les activistes plus-size ont gagné beaucoup de visibilité grâce aux réseaux sociaux. Certaines sont devenues de véritables stars des réseaux sociaux, surtout dans les pays anglo-saxons. Elles ont mis en scène sur les réseaux sociaux une image de la beauté et du corps différent. Elles ont valorisé des nouveaux codes esthétiques, très éloignés des codes esthétiques mis en scène par les marques de mode ou dans les magazines de mode. Elles ont fait émergé l’idée du body positivisme, l’idée de célébrer toutes les morphologies et toutes les beautés. La mode grande taille est devenue sexy. Elle est devenue à la mode en quelque sorte. D’ailleurs, on a changé de vocabulaire. La mode grande taille est devenue la mode curvy, un nom beaucoup plus positif et valorisant. 

Deuxièmement, les activistes ont réussi à développer une nouvelle identité collective positive et désirable. Pendant longtemps, les femmes rondes se sont senties stigmatisées, mises à l’écart du monde de la mode. Elles se sentent maintenant reconnues et valorisées. Elles se sentent légitimes dans l’univers de la mode.

 Troisièmement, les activistes ont réussi à s’inclure dans l’univers de la mode pour avoir accès à une vraie offre de mode. Certaines ont même collaboré avec des grands noms de la mode et sont apparus dans les magazines de mode. Certaines comme Ashley Graham ou Alva Claire sont devenues des supermodels. Elles défilent maintenant pour des grands noms de la mode : Versace, Fendi, Salvatore Ferragamo. Rihanna a notamment donné beaucoup de visibilité à ces mannequins aux antipodes des mensurations traditionnelles des mannequins qu’elle fait défiler pour sa marque de sous-vêtements Savage x Fenty.  

Toutes ces actions menées par les activistes rondes ont permis de rendre la mode grande taille visible, désirable et légitime.

 Par ailleurs, cet essor de la mode grande taille et de la body positivité s’inscrit dans un mouvement plus large sur les discriminations, la diversité et l’inclusivité, notamment sous l’impulsion du mouvement Black Lives Matter qui a commencé aux États-Unis en 2013.

 Ce mouvement au départ centré sur la question du racisme aux Etats-Unis s’est élargi à la question de toutes les formes de discrimination et d’inégalité et notamment les discriminations liées au genre, à l’origine ethnique, au handicap, à l’orientation sexuelle, ou à la morphologie. Ces débats sur la diversité et l’inclusivité ont eu beaucoup de résonance dans l’univers de la mode.

 Face à ces revendications, de nombreuses marques ont réfléchi à la question de la mode inclusive et ont fait évoluer leurs pratiques que ce soit en termes de communication et d’offre La mode grande taille est peu à peu en train de se fondre dans la mode. Au fur et à mesure, les barrières entre la mode grande taille et la mode s’effacent. Et on commence à oublier le terme de mode grande taille. Il n’y a plus d’un côté la mode grande taille et la mode. On parle désormais de mode inclusive, une mode qui s’adresse à toutes les morphologies. 

Toutefois, cela n’est qu’une première étape, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Si la mode grande taille a gagné en légitimité et en visibilité dans les médias et sur les réseaux sociaux, elle doit maintenant se concrétiser plus clairement au sein des collections. Elle doit également se tourner vers de nouveaux enjeux, notamment la question du handicap.  

Les tweets d'Essec Knowledge

blog comments powered by Disqus

Suivez nous sur les réseaux