Essec Business School

knowledge S'inscrire à la newsletter

Les écoles de commerce font-elles de vous quelqu’un d’égoïste?

Les écoles de commerce font-elles de vous quelqu’un d’égoïste?

L'étude de l'économie rend-elle les gens plus égoïstes ? Et si oui, quel rôle les écoles de commerce doivent-elles jouer pour façonner les valeurs de nos futurs dirigeants ? Karoline Strauss, professeur de management à l'ESSEC Business School, partage ses recherches sur la façon et le moment où les études de commerce et du management peuvent produire de plus grands niveaux d'égoïsme – ou non. 

En septembre 2009, le président des Etats-Unis d’alors, Barack Obama, a fait remarquer dans un discours à des employés d'une usine de General Motors « l'attitude qui a prévalu de Washington à Wall Street, en passant par Detroit, pendant trop longtemps. Une attitude qui valorise la richesse sur le travail, l'égoïsme sur le sacrifice et l'avidité sur la responsabilité » [1]. Il semble peu probable que nous entendions des commentaires semblables sur la capacité de destruction de l'égoïsme et de la cupidité de la Maison-Blanche dans un avenir proche. Certains pensent que mettre soi-même et ses propres intérêts en premier n'est pas égoïste ou aveugle, mais rend « intelligent ». Qu'il n'y a rien de honteux, mais que c’est en fait parfaitement rationnel : nous sommes tous conduits à maximiser nos gains et à minimiser nos pertes. Après tout, c'est ce que l'économie dominante nous enseigne sur la nature humaine [2]. C'est ce que nous avons appris dans nos cours d'économie à l'école de commerce. C'est ce que beaucoup de dirigeants de nos entreprises et institutions nous ont enseigné, et c'est ce que nous enseignons à nos futurs dirigeants. Mais l'apprentissage qui nous dit que les humains sont intrinsèquement égoïstes se transformera peut-être en une prophétie auto-réalisatrice ? Est-ce que l'étude de l'économie rend les gens plus égoïstes ? Et si oui, quel rôle les écoles de commerce doivent-elles jouer pour façonner les valeurs de nos futurs dirigeants ? 

S’intéresser à soi-même

Les chercheurs ont souligné que les théories économiques peuvent devenir des prophéties auto-réalisatrices [3] : si nous enseignons aux étudiants que les gens sont intrinsèquement égoïstes, ils se comporteront eux-mêmes de manière égoïste. Après tout, si vous croyez que ceux qui vous entourent ne chercheront que par eux-mêmes, il est logique de se mettre "au premier plan"... Les recherches effectuées jusqu'ici ont montré que les étudiants en économie s'intéressent moins au bien-être des[t1]  autres. Plus les étudiants suivent des cours d'économie, plus ils considèrent leur intérêt personnel et plus ils se sentent intéressés par leur propre comportement [4]. Il semble que l'apprentissage de l'économie favorise des attitudes plus positives envers l'égoïsme. Une étude a montré que les étudiants de premier cycle qui n'ont jamais suivi de cours d'économie ont lu des déclarations d'économistes célèbres qui ont adopté une perspective soit positive, soit négative sur l'intérêt personnel, ou encore une déclaration neutre sur l'économie de la Malaisie. Les étudiants ont ensuite été interrogés sur leurs opinions sur la cupidité. Les étudiants qui avaient lu sur les avantages de l'intérêt personnel ont vu la cupidité comme beaucoup plus morale que les étudiants dans les deux autres groupes. Simplement présenter l'intérêt personnel comme quelque chose de positif et naturel avait influencé les attitudes de ces étudiants envers l'avidité. Mais ces effets peuvent être fugaces. L'étude de l'économie peut-elle vraiment avoir un effet durable sur les attitudes et les valeurs des élèves ? Et comment cela se produit-il ?

Avec mes collègues Girts Racko de l'Université de Warwick et Brendan Burchell de l'Université de Cambridge, nous nous sommes mis à étudier ces questions. Nous avons étudié l'économie de premier cycle dans trois universités de Lettonie. Les étudiants ont répondu à un sondage au début de leur première année universitaire, puis deux ans plus tard, à la fin de la deuxième année universitaire de leur cours. Cela nous a permis de suivre les changements dans leurs valeurs, et de déterminer ce qui a apporté ces changements, si quelque chose l’a fait.

Regarder de près ses pairs

D'après des recherches antérieures, nous savions que les étudiants devaient jouer un rôle important, plus que les professeurs ou le programme [5]. Ceci parce que les interactions sociales avec nos pairs nous disent souvent ce qui est attendu dans une situation. En interagissant avec les autres, nous apprenons quels points de vue et quelles attitudes ils approuvent et s'accordent, et au fil du temps nous développons une compréhension commune des valeurs de notre domaine d'étude. Nos résultats montrent que leurs pairs ont en effet un puissant effet sur les valeurs des étudiants : ceux qui ont passé plus de temps avec leurs camarades sont devenus plus intéressés par le pouvoir et le prestige et par leur propre plaisir et jouissance au cours des deux ans, et moins intéressés par la créativité et la curiosité.

Cependant, cela ne s'est produit qu’avec les étudiants d’un type spécifique de cours : ceux étroitement axé sur l'économie. Les étudiants de ce cours ont pris peu, le cas échéant, de cours non économiques. Leurs cours mettaient fortement l'accent sur l'épargne et l'investissement et ils interagissaient rarement avec les étudiants non économiques. Ils n'ont peut-être jamais rencontré d'autres perspectives que celles de l'économie. Pour eux, leurs camarades semblaient être un groupe relativement uniforme partageant les mêmes valeurs : un intérêt pour le pouvoir et le prestige, et une opinion selon laquelle les gens sont intrinsèquement intéressés. Cela a peut-être rendu plus probable que les élèves adoptent eux-mêmes ces valeurs. En effet, cet effet a longtemps été connu dans les sciences sociales : quand on ne peut pas se rappeler d’exemples d'une attitude ou d'une opinion particulière contestée, on surestime la prévalence [6].

D'autre part, les étudiants des cours d'économie qui comprenaient des cours non économiques et qui les exposaient à des professeurs et des étudiants d'autres disciplines n'ont montré aucun changement dans leur intérêt pour le pouvoir et le prestige au cours des deux années.

Favoriser la diversité

Que signifient nos constatations envers ceux qui croient que la cupidité et l'égoïsme ne sont pas des qualités souhaitables pour les dirigeants de nos institutions et entreprises ? Qui pense que lorsque nous sommes dans une position de pouvoir et de privilège, nous avons l'obligation morale de veiller sur les moins fortunés ? Et enfin, qui est préoccupé par les effets des écoles de commerce sur les valeurs de nos étudiants ?  

Pour les décideurs dans l'éducation aux affaires, notre étude a deux implications principales. Tout d'abord, elle met en évidence le rôle d'un programme et d’un corps professoral diversifié. Dans notre étude, les étudiants en économie qui ont pris un large éventail de cours et ont interagi avec des étudiants et des professeurs d'autres disciplines ne sont pas devenus plus intéressés ou axés sur le pouvoir, probablement parce qu'ils ont rencontré un large éventail de points de vue et de perspectives dans leurs cours. La deuxième implication est l'importance d'un corps étudiant diversifié : les pairs des élèves ont une influence critique sur leurs valeurs pendant leur temps à l'université. Ils fournissent un cadre de référence et un point de comparaison, et en particulier en l'absence d'un programme et d’un professorat diversifié, ils peuvent avoir un effet durable sur l’attitude des élèves et leurs valeurs. 

Dans un monde professionnel de plus en plus interdépendant, le succès futur de nos étudiants dépend de la formation de relations de collaboration avec d'autres. La recherche d'eux-mêmes, d'abord et avant tout, ne contribuera pas à leur succès. Le message primordial pour les écoles de commerce semble alors être d'encourager la diversité auprès de leurs professeurs et chez le corps étudiant pour dissiper l'égoïsme. Et peut-être devrions-nous aussi jeter un œil à la façon dont nous définissons le succès en premier lieu. Comme Adam Grant l'a dit [7]:

« Ce que j'aimerais voir, c'est un ensemble de critères de réussite qui évaluent, de la façon dont vous avez poursuivi vos propres objectifs, avez-vous élevé d'autres personnes au lieu de les réduire ? Avez-vous trouvé des façons de profiter aux autres et de rendre l'aide que vous avez reçue ? Ce sont des marqueurs de succès réel. Vous n'avez pas eu à atteindre vos objectifs au détriment des autres, mais plutôt, vous avez réussi d'une manière qui a propagé et aidé les gens autour de vous. »

Sources : 

  • [1] Obama, B. (2009). Remarks by the president to general motors plant employees. General Motors Lordstown Assembly Plant, Warren, Ohio: 15. September. http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2009/09/15/AR2009091501338.html
  • [2] Frank, R. H., Gilovich, T., & Regan, D. T. (1993). Does studying economics inhibit cooperation? The Journal of Economic Perspectives, 7(2), 159-171.
  • [3] Ferraro, F., Pfeffer, J., & Sutton, R. I. 2005. Economics language and assumptions: How theories can become self-fulfilling. Academy of Management Review, 30: 8-24.
  • [4] Wang, L., Malhotra, D., & Murnighan, J. K. (2011). Economics education and greed. Academy of Management Learning & Education, 10(4), 643-660. 
  • [5] Pascarella, E. T., & Terenzini, P. T. (2005). How college affects students. Volume 2: A third decade of research. San Francisco: Jossey-Bass Publishers.
  • [6] Marks, G., & Miller, N. (1987). Ten years of research on the false-consensus effect: An empirical and theoretical review. Psychological Bulletin, 102(1), 72-90.
  • [7] Voices of Penn (2013, 8th October). Retrieved from https://www.facebook.com/VoicesOfPenn/posts/349720798497000:0      

Liens utiles : 

ESSEC Knowledge: Cutting-edge research – made practical    

Les tweets d'Essec Knowledge

blog comments powered by Disqus

Suivez nous sur les réseaux

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à vous proposer des services ou offres adaptés à vos centres d'intérêts et à réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et paramétrer les cookies.

x