Essec Business School

knowledge S'inscrire à la newsletter

Le coronavirus au Brésil : une crise sanitaire ou économique ?

Le coronavirus au Brésil : une crise sanitaire ou économique ?

En tant que société, nos vies sont entrelacées par des relations économiques et sociales complexes. Cette pandémie est en train de briser les maillons de cette chaîne. Ce qui en résultera dépend de la manière dont nous, en tant que société, faisons face à la situation. Le cas du Brésil illustre les plus grands défis auxquels les pays en développement sont confrontés pour faire face à cette pandémie. Le gouvernement brésilien dispose de moins de capacités financières et logistiques pour fournir de l'aide, adopter des politiques et assurer une structure minimale de production et de distribution de fournitures pour répondre aux besoins vitaux pendant les périodes de confinement.

Le Brésil, comme de nombreux pays en développement, est à un tournant. Sans quarantaine, une tragédie humanitaire est inévitable. Le système de santé ne peut même pas faire face aux besoins actuels en matière de soins de santé, alors encore moins une avalanche de patients gravement malades atteints par le Covid-19.

Laisser le virus se propager provoquera un taux de mortalité élevé parmi la population au cours des prochains mois. L'horreur durera relativement peu de temps, car peu de temps s’écoule entre la contagion et la mort éventuelle des suites de la maladie. À partir de là, on enterrera les morts et la vie reprendra son cours. Du moins, ce qu'il restera de la vie. Il est peu probable que l'économie reste à l'abri du chaos et de l'agitation sociale qui pourraient résulter de la calamité publique. C'est quand même l'option que le président Bolsonaro semble préférer. Dans un récent discours à la nation, il déclare qu'il est contre la stratégie de quarantaine car elle ruinera l'économie, et il demande aux gouverneurs et aux maires qui adoptent localement des stratégies de confinement de repenser leurs décisions. 

Allant à l'encontre de la position du président, le ministre de la santé recommande la mise en quarantaine. Les états où le nombre de cas de COVID-19 est le plus élevé ont suspendu les services non essentiels, tandis que d'autres n'ont interdit que les grands rassemblements. Les écoles sont fermées dans la majeure partie du pays. Alors que de nombreuses personnes se sont mises en quarantaine volontairement, d'autres s’y opposent et expriment leur mécontentement en défilant. Il est intéressant de noter que les groupes du crime organisé ont imposé des couvre-feux après 20 heures dans les favelas de Rio. Les avis sont partagés, tant au sein du gouvernement que de la population.

La réticence à adopter le confinement dans le pays est compréhensible. L'option d'une quarantaine pour tous atténue le drame sanitaire immédiat mais crée un autre drame, maintenant et plus tard : les victimes de la crise économique. La situation économique du Brésil est beaucoup plus fragile que celles des pays européens, qui adoptent massivement le confinement. La répartition de ses revenus est très inégale. Ainsi, bien que le Brésil soit un pays à revenu moyen, un cinquième de sa population vit avec moins de 5,5 dollars par jour, tandis que le 1 % des brésiliens les plus riches conserve près de 28% du revenu national. En outre, plus de 40 % des travailleurs brésiliens travaillent dans le secteur informel, c'est-à-dire qu'ils sont soit des employés sans contrat de travail, soit des travailleurs indépendants qui ne paient pas de charges sociales. Cela signifie qu'une grande partie de la population aura besoin d'une aide économique massive pendant la crise pandémique. Le gouvernement brésilien, quant à lui, se trouve dans une situation budgétaire fragile en raison des dépenses excessives du passé. Malgré le récent effort de rééquilibrage, la situation reste délicate : en 2019, le gouvernement a enregistré un déficit budgétaire de près de 6 % du PIB. 

Un confinement évitera de surcharger le système de santé et évitera de nombreux décès dans un avenir immédiat. Mais qu'en est-il de ceux qui n'ont pas les moyens de se nourrir pendant le confinement ? Et de ceux qui perdront leur emploi ? Des entreprises qui feront faillite ? De la structure de production qui s'effondre ? Que restera-t-il de l'économie brésilienne après l'enfermement ? Une tragédie humanitaire, encore une fois, semble être le scénario le plus probable. Il s'agit d'une situation sans issue.

Il n'y a pas de sortie, à moins qu'il n'y ait une avalanche de solidarité. La solution que je vois est la suivante : confinement + solidarité. 

Le gouvernement doit, bien sûr, faire sa part. Jusqu'à présent, le gouvernement brésilien a augmenté le programme Bolsa Familia (un programme de transfert d'argent liquide destiné aux ménages les plus pauvres); il offre des crédits aux petites et moyennes entreprises avec des taux d'intérêt bas et un délai de suspension de deux ans; et il accordera une aide mensuelle de 600 R$ (environ 150 euros) aux travailleurs informels. Ces initiatives sont louables, mais loin d'être suffisantes. Au-delà des besoins financiers, plusieurs problèmes logistiques se posent dans un pays en développement comme le Brésil. Quelle est la meilleure façon d'identifier les personnes dans le besoin, afin qu'elles reçoivent de l'aide ? Comment garantir l'approvisionnement en nourriture des communautés pauvres, là où les marchés sont pour la plupart informels ? En outre, dans les régions les plus pauvres, les enfants reçoivent la plupart de leur repas à l'école. Avec la fermeture des écoles, ils auront moins pour se nourrir, et beaucoup passeront leurs journées à se promener dans des quartiers insalubres. Il n'est pas certain que cette situation sera moins propice à la propagation du virus. Dans l'ensemble, le gouvernement ne remplit pas son rôle de chef de file dans la guerre contre le virus. Certaines mesures sont prises, mais les messages des différentes sphères du gouvernement sont contradictoires et il n'y a pas d'équipe unifiée pour organiser un plan stratégique de lutte contre les épidémies sur tous les fronts : économique, sanitaire, logistique et psychologique. 

La solidarité ne peut pas venir uniquement du gouvernement, surtout lorsqu'il fait preuve de tant de défauts dans la lutte contre la pandémie. Chacun de nous, individuellement, doit apporter sa contribution. Si vous continuez à recevoir votre salaire à la fin du mois, payer le salaire de votre femme de ménage qui ne peut pas travailler est un début. Payer vos prestataires de services en général (coiffeur, restaurant que vous fréquentez...) est une autre façon d'aider. À un niveau plus large, vous pouvez aider à organiser la distribution de nourriture et de médicaments aux personnes dans le besoin ou contribuer financièrement à des initiatives qui naissent pour répondre à ce besoin. L'aide psychologique est également importante. Vous pouvez appeler les personnes âgées qui sont seules pour leur apporter un réconfort moral. (Vous verrez combien vous vous sentirez réconforté en retour !) Regardez autour de vous et voyez qui et comment vous pouvez aider.

Cette pandémie nous invite à faire l'expérience de la solidarité, à apprendre qu'il est possible et agréable d'avoir une vie plus simple et d'utiliser le surplus pour aider ceux qui sont dans le besoin. Je suis sûre qu'un jour, la société brésilienne sera plus égalitaire. Alors, nous regarderons en arrière et nous dirons, honteux : comment avons-nous pu vivre dans une telle inégalité ?

Les tweets d'Essec Knowledge

blog comments powered by Disqus

Suivez nous sur les réseaux

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à vous proposer des services ou offres adaptés à vos centres d'intérêts et à réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et paramétrer les cookies.

x