Essec Business School

knowledge S'inscrire à la newsletter

Le salaire minimum peut-il faire augmenter le chômage ?

Le salaire minimum peut-il faire augmenter le chômage ?

Aujourd'hui, la plupart des Etats et certaines villes aux États-Unis fixent leurs propres salaires minimums. Washington DC, par exemple, a actuellement le salaire minimum le plus élevé avec 9,50 $ l'heure. Toutefois, la municipalité de Seattle a décidé en juin dernier d’augmenter son salaire minimum jusqu’à 15 $ / heure. L’Etat de Washington fait ainsi partie des 23 États avec des salaires minimum au-dessus du salaire minimum fédéral – 18 Etats ayant un salaire minimum rattrapé par le niveau fédéral.

Il faut noter que le salaire minimum fédéral, contrairement à la plupart des salaires minimums locaux, n’est pas indexé sur l'inflation. Il n’augmente que lorsque le Congrès le décide et sa dernière augmentation date de 2009 quand il a été élevé à 7,25 $ de l'heure, son niveau actuel. Il y a un problème avec ce système : le pouvoir d'achat des salariés touchant le salaire minimum fédéral diminue entre ces réajustements. En effet, depuis 2009 les prix ont augmenté de 12,5%, ce qui signifie qu'en termes réels, le salaire minimum fédéral a diminué du même pourcentage au cours des cinq dernières années.

Compte tenu de cette perte de pouvoir d'achat, le président Obama soutient l'augmentation du salaire minimum fédéral à 10,10 $ de l’heure – soit une augmentation de 44,8%. Il affirme que 76% de la population américaine soutient une telle démarche. Toutefois, le Congrès n’est pas prêt à lui emboîter le pas.

Les opposants à l'augmentation du salaire minimum et même à l'existence d'un salaire minimum soutiennent que ce dernier provoque du chômage, surtout chez les jeunes et les non-qualifiés. La raison vient du fait que le salarié qui ne produit pas la valeur de son salaire ne sera pas embauché (ou sera licencié). Plusieurs études empiriques semblent confirmer cette affirmation. Mais tous les économistes ne sont pas d'accord, et affirment que de nouvelles méthodes de recherche mènent à des conclusions opposées.

Comment un tel désaccord est-il possible? La raison est simple : les deux parties utilisent des techniques de recherche différentes. Mon opinion est que, si l’on compare uniquement les taux de chômage dans deux Etats, l'un où le salaire minimum local a été augmenté, l'autre où il est resté stable – comme le font les partisans des hausses du salaire minimum – beaucoup d'informations importantes sont négligées. Par exemple, même si le salaire minimum semble rester stable, ce n’est pas toujours vraiment le cas. En outre, il est également possible que l'effet du salaire minimum sur l'emploi soit étalée sur une période plus longue que celle testée, et ne soit donc pas facilement observable. Lorsque nous prenons en comptes ces spécificités (et quelques autres) il devient clair que le salaire minimum peut réellement provoquer du chômage.

Cependant, certains économistes et la population en général pensent que les salaires minimums sont nécessaires pour sortir les gens de la pauvreté. En réalité, seule une minorité des bénéficiaires du salaire minimum vit avec un revenu familial annuel inférieur à 20 000$ et, de plus, sont voient leurs rémunération augmentée rapidement amenés. Dans le but d’aider les personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté, le gouvernement fédéral devrait utiliser le crédit d’impôt sur le revenu, une subvention pour les travailleurs à bas salaire financée par les taxes et pas seulement par les sociétés qui les emploient.

Les militants syndicaux dans l'industrie de la restauration prétendent que même le salaire minimum fédéral est insuffisant pour sortir les gens de la pauvreté. Ils organisent des campagnes publicitaires impressionnantes ainsi que des grèves afin de faire augmenter le salaire minimum à 15 $, au-dessus même du niveau souhaité par le président. Une telle demande est-elle réaliste? Les fast-foods ont une faible marge de 3% avant impôts alors que les salaires et les charges sociales s’élèvent à 26% de leur chiffre d'affaires. Il est évident que satisfaire les syndicats ne serait possible que si les prix des hamburgers étaient relevés de manière significative (au moins 66% selon une estimation de la Heritage Foundation).

Étant donné que la plupart des clients des restaurants de restauration rapide perçoivent de faibles revenus, ils sont très sensibles aux prix des denrées alimentaires. Il a été estimé qu'une augmentation de 10% des prix alimentaires causerait une chute des ventes de 9%. Cela signifie que, pour éviter de perdre de l'argent, la restauration rapide devra augmenter ses prix de manière encore plus importante que l'augmentation initiale du coût du travail. Le résultat serait que de nombreux restaurants devraient fermer par manque de clients alors que beaucoup de ceux qui survivraient remplaceraient le travail humain par des technologies permettant une économie de main-d'œuvre. A la fin, de nombreux emplois seraient perdus tandis que la partie la plus pauvre de la population verrait son pouvoir d'achat affecté négativement.

Si les demandes syndicales reçoivent une réponse positive, une grande expérience au niveau national montrerait si oui ou non le salaire minimum provoque du chômage.

blog comments powered by Disqus

Suivez nous sur les réseaux

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à vous proposer des services ou offres adaptés à vos centres d'intérêts et à réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et paramétrer les cookies.

x