Essec Business School

knowledge S'inscrire à la newsletter

Qui ment le plus : les étudiants en management ou les étudiants en médecine ?

Qui ment le plus : les étudiants en management ou les étudiants en médecine ?

Qui ment le plus : les étudiants en management ou les étudiants en médecine ? Cela dépend du type de mensonge. Radu Vranceanu, de l'ESSEC, et Damien Besancenot, de l'Université de Paris 5, explorent la question dans leurs dernières publications. 

Au cours des quinze dernières années, la littérature en économie expérimentale sur les mensonges s'est développée à un rythme régulier. Plusieurs études sur le mensonge sont arrivées à la conclusion  que certaines personnes résistent à la tentation de mentir quelles que soient les avantages potentiels, et que ceux qui mentent ne poussent pas le mensonge à l'extrême.

En général, la littérature académique parle du mensonge égoïste comme d'une situation dans laquelle une fausse déclaration émise par l'expéditeur (la personne qui ment) incite le destinataire (la personne à qui on ment) à prendre une mesure qui améliore le bien-être du menteur et détériore celui du destinataire. Ces mensonges égoïstes sont courants dans le monde des affaires et font malheureusement partie de nombreuses négociations commerciales.  D’autres études ont étudié les mensonges altruistes, dans lesquels le faux message est bénéfique au destinataire.

Dans un article récent publié dans le Journal of Economic Behavior and Organization (septembre 2020), Damien Besancenot et Radu Vranceanu comparent les différences de comportement de mensonge entre deux groupes de sujets exposés à des normes professionnels, attentes et stéréotypes  différents, à savoir les étudiants en management et en médecine. Selon la sagesse populaire, les étudiants du premier groupe devraient être plutôt égoïstes, et les seconds plus altruistes et enclins à aider les autres. Ce qui peut influencer également leur comportement mensonger.

L'expérience nous a permis d'observer directement le comportement de mensonge des ces deux groupes. La tâche principale est une version modifiée du jeu de mensonge émetteur-récepteur introduit par Erat et Gneezy (2012). En outre, cette étude permet de déterminer le degré d'altruisme au moyen d'une tâche standard et de l'aversion au risque. L'échantillon inclut étudié environ 400 étudiants de deux grandes écoles de médecine et de management de la région parisienne.

En étudiant la question de la communication stratégique, il s'avère que les deux profils d’étudiants répondent aux incitations : ils mentiront davantage s'ils tirent un plus grand bénéfice du mensonge, et mentiraient moins si leur action nuit à l'autre partie plus. Cependant, alors que de nombreux étudiants mentent, une part non négligeable des étudiants en médecine et en management refuse de raconter ne serait-ce qu'un mensonge altruiste. 

La propension observée à raconter des mensonges altruistes était similaire dans les deux groupes. En revanche, les étudiants en médecine semblent être nettement plus réticents que les étudiants en management à mentir de manière égoïstes. Ces résultats demeurent sont valables même si l'on tient compte du niveau d’altruisme et de l'aversion pour le risque.

Un sondage représentatif de la population française, réalisé en juillet 2020 par OpinionWay pour le compte de l’étude, a révélé que le grand public français s'attend à ce que les mensonges égoïstes soient plus fréquents dans le secteur des affaires que dans le secteur médical, et le contraire pour les mensonges altruistes. Ces résultats correspondent au comportement observé dans le cadre de l'expérience et pourraient suggérer une explication possible de la auto-sélection des jeunes pour une profession donnée.

Ces résultats attirent l'attention sur le risque de généralisation rapide des résultats basés sur les étudiants en management et en économie, qui représentent le principal échantillon de sujets en économie expérimentale. 

Références

Erat, Sanjiv, and Uri Gneezy, 2012. White lies. Management Science, 58, 4: 723-733

Besancenot, Damien and Radu Vranceanu. 2020. Profession and deception: Experimental evidence on lying behavior among business and medical students. Journal of Economic Behavior and Organization, forthcoming 2020.

Les tweets d'Essec Knowledge

blog comments powered by Disqus

Suivez nous sur les réseaux

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à vous proposer des services ou offres adaptés à vos centres d'intérêts et à réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et paramétrer les cookies.

x