Essec Business School

knowledge S'inscrire à la newsletter

Hollywood vu par l’expert en business

Hollywood vu par l’expert en business

Blue Jasmine, le leader déchu

Blue Jasmine raconte l’histoire d’une femme de la haute société de Manhattan et de sa terrible disgrâce. Au début, elle incarne avec un succès l’idéal de l’épouse riche, séduisante, populaire et consciencieuse. Mais quand les choses se gâtent, la façade s’écroule et sa superficialité ainsi que sa faiblesse de caractère se révèlent.

La disgrâce de Jasmine illustre parfaitement ce que nous appelons le « déraillement du manager » : si certaines qualités l’ont amenée à une certaine position de pouvoir, elle ne parvient pas malgré ces mêmes qualités à se maintenir en position de force sur le long terme. Son parcours ressemble à celui de nombreux jeunes professionnels qui ont été repérés en début de carrière pour leur côté séduisant et extraverti, ainsi que pour leurs qualités en communication. Or ces qualités peuvent cacher des défauts.

Les qualités de Jasmine cachent un narcissisme profondément ancré qui la pousse à aggraver sa situation financière et à encourir le blâme. Cela vaut aussi pour les dirigeants narcissiques, prompts à prendre des risques aux dépends de l’entreprise, ce que souligne Arijit Chatterjee, lui aussi professeur à l’ESSEC.

 

Dallas Buyers’ Club : une nouvelle preuve que les utilisateurs peuvent être de très bons innovateurs

Dallas Buyers’ Club est une histoire vraie : un homme, Ron Woodroof, est infecté par le virus du sida et décide de prendre sa vie en main plutôt que d’attendre indéfiniment l’aide de la Food and Drug Administration. Il va mourir, il n’a plus rien à perdre et il voit ce qu’il faut faire : il est l’incarnation même du paradigme de l’innovation par l’utilisateur –une notion développée par Eric Von Hippel, du Massachussetts Institute of Technology. En d’autres termes, Ron est un utilisateur principal, quelqu’un avec un besoin spécifique qui sera in fine généralisé sur le marché. Il est la personne idéale pour bricoler, modifier et contrefaire ce qui est déjà disponible ainsi qu’innover avec d’autres utilisateurs, dépassant par là même les grandes compagnies (dans le cas du film, il s’agit des laboratoires pharmaceutiques).

Son expérience est aussi un exemple de lean management : le crowd sourcing dans le développement permet aux utilisateurs de valider l’idée ainsi que sa viabilité commerciale, et répond rapidement à un besoin réel : la valeur du produit de Ron est défini par ce que le client est prêt à payer.

 

Her : ébauche de la troisième révolution industrielle à venir

Dans ce film de Spike Jonez, Theodore tombe amoureux de son système d’exploitation. Cette intelligence artificielle future n’est pas une caricature exagérée et elle aura des répercussions notables sur l’économie et la société, sans compter son impact sur notre vie affective.

La première et la deuxième révolution industrielle ont largement rendu automatiques la fabrication et le traitement des données. Mais bien sûr, il faut qu’une personne soit là pour appuyer sur les boutons et dire à l’ordinateur ce qu’il doit faire. La troisième révolution industrielle va obligatoirement évacuer l’humain. Et le jour où la technologie aura une intelligence artificielle, de très nombreux emplois demandant un haut degré d’intelligence intellectuelle ou émotionnelle seront mis en cause que la société en sera bouleversée.

Pour approfondir :

"Quels compromis pour composer l'équipe entrepreneuriale"  publié dans L'Art d'Entreprendre : des Idées pour Agir, 2008

blog comments powered by Disqus

Suivez nous sur les réseaux

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à vous proposer des services ou offres adaptés à vos centres d'intérêts et à réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et paramétrer les cookies.

x