Essec Business School

knowledge S'inscrire à la newsletter

La culture au temps de coronavirus

La culture au temps de coronavirus

Alors que le coronavirus ravage l’économie mondiale, l’un des secteurs les plus touchés est celui des industries culturelles. Une tempête parfaite se forme, alors que la fermeture forcée des salles, la baisse de la fréquentation des lieux de culture et l’effondrement de la bourse conspirent à mettre en danger la survie de nombreuses institutions culturelles, en particulier celles qui ne dépendent pas des subventions de l’État pour la majeure partie de leur budget. L’impact direct des représentations annulées et des recettes non perçues sur les billets sera considérable, mais les effets indirects n’en seront pas moins importants, car on peut s’attendre à ce que le ralentissement de l’économie mondiale entraîne une diminution des dons. Ainsi, étant donné l’étroite imbrication du marché de l’art et du secteur financier au cours de la dernière décennie (voir ceci), on ne peut que se demander quelle sera l’ampleur de l’effet économique, puisque les foires d’art sont annulées et que les collectionneurs globe-trotters raccourcissent leurs itinéraires. 

 Les effets pernicieux de la double crise — sanitaire et financière — seront plus intensément ressentis par les petites organisations qui n’ont qu’une capacité limitée à supporter l’interruption de leurs activités.  Dans le secteur culturel, même dans le meilleur des scénarios, la majorité des organisations ne pourront maintenir qu’un équilibre financier précaire, la catastrophe étant à portée de main. La situation actuelle est si inattendue et son impact si massif que les perturbations comptables se feront sentir bien au-delà l’atténuation de la contagion.

L’épisode des coronavirus servira à rappeler une fois de plus que le monde doit trouver des moyens de mieux gérer ses interdépendances globales, leurs risques inhérents et leurs effets multiples — des effets à multiples facettes sur les marchés et les organisations locaux. Les gouvernements devront peut-être envisager la création de fonds d’urgence pouvant être utilisés pour soutenir les organisations culturelles en période de turbulences, lorsque le client est   soit encouragé, soit contraint de s’abstenir d’assister à des événements. Il est probable que les primes d’assurance pour les expositions temporaires augmenteront et que de nouvelles dispositions seront inscrites dans les accords sur l’échange d’œuvres d’art entre musées. De nombreuses organisations seront obligées d’examiner l’étendue de leur vulnérabilité aux perturbations imprévisibles de leurs sources de financement principales et d’attribuer des probabilités plus réalistes à des menaces encore inconnues.

S’il y a un point positif dans ce qui se passe actuellement, c’est que la crise pourrait contraindre les organisations du secteur culturel à surfer plus assidûment sur la vague technologique. Une pensée sacrilège devient de plus en plus acceptable — que le comptage de la fréquentation physique est une pratique dépassée. Les modes de consommation évoluent et le contenu migre de plus en plus en ligne. Ce qui a été considéré jusqu’à présent comme un effort de démocratisation des arts — comme la diffusion en ligne de spectacles en direct — pourrait connaître une puissante impulsion et devenir un modèle pour l’avenir. Avec leurs milliers de représentations enregistrées, des plateformes comme Arte Concerts ou Medici TV modifient profondément et durablement les modes de consommation dans le secteur culturel. Un certain nombre de musées, dont le musée d’Orsay à Paris et le British Museum à Londres, proposent des visites virtuelles de leurs institutions dont les mécènes peuvent profiter gratuitement depuis le confort de leur canapé. L’Opéra de Paris a également annoncé qu’il mettrait à disposition des spectacles en streaming à partir du 17 mars. Les musées, les théâtres et les opéras se rendent de plus en plus compte que faire venir des clients payants n’est pas l’objectif économique ultime et qu’ils doivent expérimenter de nouvelles façons de réduire les incertitudes et de couvrir les risques.

Il est très probable que la situation actuelle renforcera la numérisation et la commercialisation des industries culturelles, car les organisations s’efforcent d’identifier de nouvelles sources de revenus qui ne dépendent pas de la présence physique. Cela peut impliquer d’investir dans des modes de consommation numériques, d’étendre le champ de commercialisation et d’exploiter sa marque à l’échelle mondiale, et de s’associer plus étroitement avec les industries du luxe afin d’explorer les complémentarités. Il ne fait guère de doute que la numérisation retardée du secteur des arts du spectacle recevra un nouveau souffle. Une évolution récente encourageante est la volonté croissante des organismes culturels d’étendre leur présence numérique. Par exemple, il y a quelques jours, une petite troupe de théâtre locale a décidé de donner une représentation annulée devant un public vide, en la diffusant gratuitement en ligne. L’intérêt du public a largement dépassé les attentes, avec cinq cent mille visionnages en ligne dans le monde entier. Le sentiment de solidarité que suscitent les initiatives de ce type produit des avantages considérables en termes de réputation, qui se prolongeront dans la période post-contagion.

Les organisations culturelles sont confrontées à des impératifs : la nécessité de couvrir les risques et de réduire leur dépendance à l’égard de l’espace physique, ce qui entraînera inévitablement des changements dans les modèles commerciaux actuels. La gestion de l’interface locale-globale d’une manière économiquement viable et culturellement enrichissante est une compétence de plus en plus importante pour les gestionnaires du secteur culturel. Ils devront peut-être prendre plus au pied de la lettre la célèbre devise du théâtre « Globe » — « le monde entier est une scène de théâtre ».

Les tweets d'Essec Knowledge

blog comments powered by Disqus

Suivez nous sur les réseaux

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à vous proposer des services ou offres adaptés à vos centres d'intérêts et à réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et paramétrer les cookies.

x